Video time
13:59 min

Métropole Européenne Lille : comment faire rempart contre les crises de demain

Par : Lila Ricci
21 septembre 2021
Temps de visionnage13:59 min

Quels ont été les enseignements de la crise du Covid pour les villes ? Akim Oural, adjoint à la Métropole de Lille à l’innovation et au numérique, explique que les collectivités ont eu à complètement remettre en question leur mode de fonctionnement. Un changement impactant non seulement pour la ville mais également pour toutes ses parties prenantes : partenaires privés, publics et institutionnels.

CTA - Sustainable Cities Summit

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


La résilience c’est un peu notre capacité à tous à pouvoir répondre aux enjeux de demain avec les différents paramètres [...] que nous détenons dans nos territoires.

- Akim Oural, Adjoint au Maire de Lille (Métropole Européenne Lille)

De nouvelles stratégies ont dû être conçues pour traiter de la question sociale, du développement économique et des enjeux environnementaux de la MEL. Pour savoir par où commencer, Akim Oural recommande de s’inspirer des paroles du Président Emmanuel Macron à l'orée du confinement, et “revenir à l’essentiel” pour répondre à nos besoins fondamentaux. 

Une collectivité prise d'assaut par la Covid doit pouvoir s’adapter, et gagner en indépendance sur les sujets de l’alimentation, de l’énergie, de l’éducation, du travail ou encore des mobilités. À cet effet, la MEL, métropole la plus agricole de France avec 50% de son territoire consacré à l’exploitation, a entendu travailler de façon rapprochée avec ses producteurs, et promouvoir le circuit court. La ville fournit un accompagnement à la filière à l’aide, entre autres, du numérique, qui permet aux agriculteurs de s’approvisionner plus efficacement.

L’aspect social n’est pas en reste, car pour l’adjoint au Maire ces nouvelles stratégies ne doivent laisser personne pour compte. À force de solidarité et de proximité à travers le territoire, la MEL s’est assurée qu’aucun de ses citoyens ne se retrouve isolé pendant le confinement. Les foyers plus démunis se sont vus offrir des aides, qu’elles soient alimentaires ou venant compenser une fracture numérique. 

La question de la mobilité était également un grand sujet pour la Métropole, réputée pour être très portée sur la voiture. Si la ville souhaitait se réorganiser, l’accent allait devoir être mis sur l’intermodalité, pour privilégier les modes de déplacements doux. Bien sûr, la crise de la Covid a amené avec elle une nouvelle forme de travail, qui a elle impacté notre vie privée. Pour soulager sa population, la MEL a misé sur une synergie entre tiers-lieux et espaces de coworking, réunis sur une plateforme mutualisée mise à la disposition des lillois.

“Comment s’organise demain ?”, lance Akim Oural. “On doit se préparer à toutes les crises qui ne sont pas encore arrivées”. Afin de ne pas se laisser de nouveau prendre de court, la ville résiliente doit anticiper la prochaine crise. Toutes les énergies du territoire, quelle que soit sa nature d’intervention sur ce dernier, doivent être mises en commun. Cela ne permet pas seulement une meilleure connaissance du territoire, mais permet aussi de discuter, de construire des communs et de s’unir autour du développement local. À la MEL, cette coalition porte le nom de “Collectif public-privé-population”.

La ville résiliente doit aussi s’assurer de diffuser les bonnes pratiques, et de capitaliser sur celles-ci - l’Agence nationale de cohésion des territoires accompagne Lille justement dans ce but. Les pratiques se diffusent dans la MEL même, grâce au développement des écoles de l’environnement et de la citoyenneté.

Toutefois, la Métropole doit penser son innovation intelligemment. “Ensemble, on est plus forts”, martèle l’adjoint, qui prône une délégation des sujets entre les différents acteurs (para)publics. Ce n’est pas tout : Akim Oural ajoute que la co-construction et la co-responsabilité du territoire doivent impliquer les citoyens. C’est une nouvelle forme de gouvernance qui doit se développer, une gouvernance plus partagée faisant appel à un certain lâcher-prise des acteurs publics. Plus que jamais, la population se détourne de la politique, et s’active afin de reprendre la main sur les questions environnementales, qui transcendent désormais tous les enjeux.

Ces nouvelles gouvernances pourront mutualiser les avis de tous sur des éléments de la vie quotidienne. Aujourd’hui déjà, la MEL autorise une organisation à avoir une action opposable au délégataire de la question du traitement des déchets.

Fonctionnelle et sociale, la mixité est absolument fondamentale.

- Akim Oural, Adjoint au Maire de Lille (Métropole Européenne Lille) 

Akim Oural affirme que les villes ne peuvent pas se construire sans mélanger les populations : l’édification d’un territoire doit être mixte. “On est en train de construire une pensée de l’intérêt général”, continue l’élu qui appelle à se poser la question d’un nouveau contrat social post-Covid. Son mot de la fin ? Pour qui cherche à concilier le territoire au développement, il est crucial de se poser la question “Pour quoi faire ?”. Sans réponse à cette dernière, une coalition, quoi qu’elle recherche, ne peut aboutir.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA - Sustainable Cities Summit