Video time
10:11 min

Suez & Origins.earth : la mesure en temps réel, la solution pour décarboner les territoires ? 

Par : Judith Rodriguez
21 septembre 2021
Temps de visionnage10:11 min

C’est l’un des grands sujets de ce Sustainable Cities Summit : décarboner la ville. Mais déjà faut-il comprendre la pollution, et la mesurer. Un problème complexe alors que beaucoup de bilans carbone ne sont pas pertinents, car réalisés avec des données trop anciennes. Origins.earth, c’est une vision alternative de la mesure de CO2 en temps réel, précise et exploitable. David Duccini, le CEO, nous présente le concept lors d’un échange avec Matthieu Baille, Directeur commercial France Smart and Environmental solutions chez Suez. 

CTA - Sustainable Cities Summit

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


La ville représente à peu près 2% de la planète, et 70% de la production anthropique de CO2.

-  Matthieu Baille, Directeur commercial France Smart and Environmental solutions (Suez)

David Duccini, CEO d’Origins.Earth est clair : c’est une solution technologique visant à améliorer le taux d’erreur des systèmes de calculs actuels, qui est aujourd’hui entre 30% et 300%, avec des données vieilles de 12 à 36 mois dans la meilleure hypothèse. L’objectif est alors simple, d’inverser cette tendance, en proposant des mesures fiables, presque en temps réel, qui cartographient les émissions sur le territoire, et les spatialise quotidiennement. Un objectif clairement atteint sur la ville de Paris et ses 12 millions d’habitants : chaque matin à 9h, le calcul des émissions de la vieille est disponible grâce à la quinzaine de stations installées. 

Pour aller encore plus loin, la méthode conçue par Origins.earth permet de segmenter cette analyse par secteur d’activité : le transport routier et non-routier, le résidentiel, le tertiaire, les déchets ou l’industrie. Par ailleurs, les résultats sont spatialisés, ce qui permet d’avoir une vision cartographique quotidienne, et ainsi une vision complète et géographique des secteurs d’activités. 

On est très fiers de dire que c’est nouveau, parce que c’est précis. Et c’est précis parce qu’on l’a développé avec le monde scientifique. C’est l’avantage d’avoir derrière nous un groupe tel que le groupe Suez. 4 ans de recherche en collaboration avec le Laboratoire des Sciences des Climats, pour développer une solution précise avec laquelle on passe de 30-300% d’incertitude, à 8-12% d’incertitude.

 - David Duccini, CEO (Origins.earth)

Pour proposer cette solution si précise, Origins.earth s’appuie et croise plusieurs socles scientifiques et technologiques. De la décomposition des différentes émissions, entre anthropiques et biogénique, au déplacement de celles-ci entre zones, ou encore le développement d’algorithmes alimentés en automatique : 68 bases de données sont ainsi interrogées dès qu’elles sont mises à jour, pour arriver à calculer de façon systématique les émissions. Celles-ci sont alors injectées dans un modèle atmosphérique qui représente la dispersion du CO2 sur la ville. On parle ici de plus d’1,4 millions de données traitées chaque jour pour arriver à ces calculs. Cette complexité a été intégrée dans une interface utilisateur, car comme le dit si bien le CEO “la science ne sert à rien si elle n’est pas dans la main de nos clients, des collectivités.” 

Un outil complexe, mais précis, qui permet aussi d’apprécier les politiques durables des villes : au lendemain d’une journée ou d’un week-end sans voiture, les résultats seront clairement visibles et exploitables. David Duccini le rappelle, les perspectives ne manquent pas, et bientôt, il sera possible de mesurer avec précision les émissions spécifiques de chaque type d’activité au sein des villes, du transport au chauffage, en utilisant et en combinant des mesures qui existent déjà pour la plupart. 


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA - Sustainable Cities Summit