Video time
10:35 min

LafargeHolcim : l’industrie à l’heure de la transition écologique

Par : Maxime Tricoire
12 mai 2021
Temps de visionnage10:35 min

L’industrie est aujourd’hui l’un des secteurs responsables d’une large majorité des émissions de gaz à effet de serre. Pour diminuer son impact, le milieu travaille sur de nouveaux projets afin de continuer sa croissance de la manière la moins carbonée possible. Pour en discuter, le Sustainable Leaders Forum recevait sur sa scène Magali Anderson, Chief Sustainability Officer de LafargeHolcim.

En propos liminaire, Magali Anderson revient sur les tendances en matière de transition écologique du secteur de la construction. "Si l’on regarde les mégatrends qui impactent le secteur du ciment et du béton, on voit que 2 milliards de citoyens devraient évoluer en milieu urbain dans les prochaines années. Pour autant, on remarque également que 60% des infrastructures nécessaires à cette migration n’existent pas encore. C’est un enjeu énorme que l’on doit être capable de gérer sans abîmer la planète", explique Magali Anderson. LafargeHolcim a très tôt souhaité jouer un rôle en montrant comment faire mieux et de la manière la moins carbonée possible. Pour cela, le groupe entend réduire à 0 ses émissions carbones, et se fait notamment accompagner par l’entreprise de certification SBTI.

Notre objectif n’est pas de faire un produit de niche, mais au contraire de proposer des solutions globales à l’échelle de la planète, de manière à répondre à ces enjeux. […] Plus de 50% des brevets que nous avons déposés récemment sont liés à la production de ciment vert.

- Magali Anderson, Chief Sustainability Officer ( LafargeHolcim)

Pour répondre à ses objectifs, le groupe LafargeHolcim souhaite passer dès maintenant à l’action. Cela se traduit par une réduction du volume de kilos de CO2 par tonnes de ciment produites de l’ordre de 555 kilos, ce qui est actuellement le meilleur taux du marché. L’entreprise devrait, d’ici 2030, passer ce taux à 475 kilos (contre un objectif initial de 520). "Pour atteindre cet objectif de 2030, nous avons déployé une marque de béton vert dans près de 16 pays, dont la production est de 30 à 70% moins génératrice d’émissions de CO2. […] Nous produisons également Susteneo, un ciment composé de débris de béton. Concrètement, cela veut dire que lorsque nous construisons un immeuble et que ce dernier sera plus tard détruit, nous sommes en mesure de réutiliser ces débris pour construire de nouvelles infrastructures. Cela représente déjà 46 millions de tonnes de débris recyclés, et nous ambitionnons d’atteindre 100 millions de tonnes d’ici 2030", explique Magali Anderson. Le groupe travaille également sur le sujet de l’industrialisation de nouveaux matériaux moins polluants (comme l’argile calcinée) ou encore à la capture du CO2 émis par les cheminées des cimenteries.

Si LafargeHolcim est le premier groupe, dans le secteur du ciment et du béton, à atteindre des taux d’émissions de CO2 aussi faible, l’entreprise ambitionne d'entraîner l’ensemble de l’industrie avec elle. Pour cela, elle met en place différentes roadmaps pour chaque site et pays et travaille avec SBTI à la définition d’une roadmap globale. Le groupe sortira également prochainement un premier rapport sur l’impact climatique, et donnera à ses actionnaires la possibilité de voter la transition écologique de l’organisation.


Retrouvez dès à présent l’ensemble des interventions du Sustainable Leaders Forum !

CTA Replay Sustainable Leaders Forum