Video time
09:47 min

Carrefour : mettre le client au centre de la transition écologique.

Par : Maxime Tricoire
12 mai 2021
Temps de visionnage09:47 min

Si de nombreux groupes ont entamé des démarches en faveur de la transition écologique, tous les secteurs ne sont pas égaux. Le retail, par exemple, est aujourd’hui fortement dépendant des habitudes de consommation de ses clients. Pour en discuter, le Sustainable Leaders Forum accueillait sur sa scène Bertrand Swiderski, Sustainability Director de Carrefour.

"On imagine tous un avenir sans plastique. Si cela peut paraître être une utopie, c’est à nous entrepris de faire le premier pas", indique Bertrand Swiderski. Le groupe Carrefour s’est d’ailleurs fortement engagé dans cette limitation de l’usage du plastique. L’expert prend l’exemple de tomates, qui n’ont selon lui pas besoin d’être emballées dans des sacs plastiques à usage unique. "C’est pour cela que nous avons substitué le plastique par un emballage en carton. Cela demande une adaptation du consommateur, car de fait il verra moins le produit […] Il faut être concret face aux consommateurs", indique-t-il. Pour atteindre son objectif de 100% de packaging recyclable, le retailer propose également de réhabiliter le système de consigne. Carrefour mène ainsi une expérimentation dans 10 magasins parisiens où les consommateurs vont désormais, pour certains produits, payer le contenu et le contenant. Ce dernier leur sera remboursé lors du prochain passage en magasin.

Nous faisons l’offre, mais c’est aujourd’hui le consommateur qui décide. Un exemple probant est celui du lait "C’est qui le Patron ?", auquel les consommateurs ont largement adhéré. C’est ce qui a poussé le groupe Carrefour à proposer sa propre marque de lait équitable, que nous produisons aujourd’hui en large volume

- Bertrand Swiderski, Sustainability Director (Carrefour) 

Comme le montre Bertrand Swiderski, l’écoute du client et de ses envies est aujourd’hui primordiale pour perdurer. "On questionne chaque jour nos consommateurs, qui peuvent faire remonter dans chaque magasin leurs propositions. Cette notion de client au centre nous a poussé à créer un club composé de 1000 consommateurs avec lesquels nous échangeons régulièrement. Ce sont eux le moteur de nos idées, mais également la clé pour que les projets que nous mettons en place décollent". L’une des propositions les plus remontées concerne l’impression des tickets de caisse. Aujourd’hui, chaque client peut refuser le ticket de caisse. Si les 14 millions de porteurs de carte de fidélité refusaient le ticket de caisse, cela représenterait 3 kilomètres de papier économisés.

Écouter signifie également s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation, mais également aux mutations des définitions. Bertrand Swiderski cite en exemple la notion de circuit court, qui a largement évolué "Il y a 20 ans, consommer local signifiait consommer Français. Aujourd’hui, la demande du consommateur a muté et ce dernier veut consommer ultra-local, avec des marchandises produites à moins de 30 kilomètres par exemple", indique-t-il. Pour répondre à ce besoin, Carrefour développe des contrats ultra-locaux, qui permettent aux producteurs d’être référencés en seulement 48 heures dans un magasin et d’être payés dès la première semaine de mise en vente. 

Pour conclure, l’expert revient sur les prochaines grandes étapes du groupe Carrefour en matière de transition écologique. Cela passera évidemment par la redéfinition des packagings, mais également par l’atteinte de la neutralité carbone ou la création de nouvelles filières. "Le plus gros enjeu, c’est de changer le monde de la consommation. Si on arrive tous à travailler ensemble, on ira vers une consommation plus bio durable, ce qui permettra à terme de limiter voire supprimer le gaspillage alimentaire."


Retrouvez dès à présent l’ensemble des interventions du Sustainable Leaders Forum !

CTA Replay Sustainable Leaders Forum