Video time
13:20 min

La Rochelle : utiliser les données personnelles au service d’une mobilité citoyenne durable

Par : Lionel Koffi
1 avril 2021
Temps de visionnage13:20 min

David Berthiaud, Directeur de la transformation numérique pour la Communauté d'agglomération de La Rochelle, explique comment la data peut être utilisée au service d’une mobilité durable et citoyenne, en introduisant "Self Data”, le projet de mobilité mis en place par la collectivité.

Le projet territorial Self Data a été lancé avec l’idée de bénéficier de l’apport d’entreprises qui collectent et traitent des données de mobilité pour agréger ces dernières, les analyser et s’en servir comme aide à la décision. Cela permettra aux individus de trouver des incitations aux changements de comportement, s’agissant des transports. L’avantage du projet Self Data est que le citoyen se réapproprie ses données et les utilise pour son propre usage. Il consiste à développer des outils numériques et ainsi permettre aux individus de connaître l'empreinte carbone et le coût associé aux déplacements, puis de leur proposer des changements possibles via des outils numériques, mais aussi en physique. 

Pour mener à bien cette expérimentation, 3 outils sont mis à l’oeuvre :

  • La solution Cozy Cloud : sachant que d’autres territoires comme Lyon (pionnier en open data) ont travaillé sur des sujets comme l’énergie, La Rochelle, de son côté, collecte des données “self data” via cette application.
  • Tracemob : il s’agit d’un outil pour cartographier la localisation des individus, que l'on croise avec d’autres données de la base Cozy, en collaboration avec des acteurs comme la SNCF, Blablacar, etc.
  • Le logiciel Coach CO2 : cette application permet d’évaluer et d’agir sur l’impact carbone.

Une autre mission clé est le recrutement et l'accompagnement de bêta-testeurs. L’enjeu est d’arriver à mieux maîtriser leurs déplacements du quotidien. Au niveau des entreprises, ceci permet à terme d’effectuer un suivi “macro” de tous les employés pour voir les déplacements privilégiés et ainsi implémenter les plans de mobilité des agents, employés ou même étudiants. Les 3 chantiers du projet sont donc le chantier applicatif (sur Tracemob, Cozy, etc.), le chantier des bêta-testeurs (l’humain étant au centre du projet) et le chantier recherche, ou comment les données numériques peuvent influencer les comportements.

Les partenaires contribuant au financement du projet Self Data sont nombreux : ministère de l'écologie, ADEME, région Aquitaine, banque des territoires. Parmi les recruteurs pour les bêta-tests, l’université de La Rochelle et les communes périphériques à La Rochelle. Ces acteurs ont montré de l’intérêt pour suivre et étudier les changements de comportement des individus, ainsi que des écoles de commerce et d'ingénieur.

En somme, sur une durée prévisionnelle de 2 ans, cette initiative de La Rochelle a été contractualisée en 2020, lancée fin 2020 et les premier bêta-testeurs sont en cours de recrutement depuis le premier trimestre 2021. Les premiers résultats seront publiés dans les prochains mois.


Retrouvez dès à présents l’ensemble des interventions du Sustainable Mobility Forum !