Video time
08:30 min

Reims : le développement urbain à l’aune de la mobilité

Par : Maxime Tricoire
1 avril 2021
Temps de visionnage08:30 min

Si les sujets liés à la mobilité prennent une place de plus en plus importante dans le débat public, ils soulèvent également de nombreuses questions, que ce soit en termes d’énergies ou d’urbanisme. Arnaud Robinet, maire de la Ville de Reims, était présent sur la scène du Sustainable Mobility Forum pour évoquer les initiatives de la mairie en ce sens.

  • En propos liminaire, Arnaud Robinet revient sur les spécificités de la ville de Reims et de son agglomération "Reims c’est près de 190 000 habitants intramuros. Nous évoluons dans une communauté urbaine composée de 143 communes, dont 111 comptent moins de 1000 habitants". Une situation qui pousse monsieur le maire a qualifié Reims de "ville à la campagneavec des enjeux spécifiques de développement urbain. "Nous avons fait le choix de ne pas urbaniser nos terres agricoles. De fait, notre développement ne se fait plus à l’horizontale, mais à la verticale", explique l’élu. Et comme il le rappelle "Quand on parle de développement urbain, on parle de qualité de ville et de qualité de vie."
     
  • De fait, comme pour beaucoup de villes, la question de la réduction des émissions carbone s’impose comme un enjeu majeur. Et cela passe notamment par la mobilité. "La mobilité doit permettre à chaque citoyen de se déplacer comme il le souhaite. Il est cependant important de mettre en place une politique incitative, pour privilégier les transports en commun notamment". Dans ce sens, la ville de Reims cherche à multiplier les moyens de mobilité. Cela passe notamment par le déploiement de 4 lignes BHNS, par la pérennisation des pistes cyclables déployées lors du premier confinement ou encore l’accompagnement à l’achat de véhicule électrique.
La qualité de l’air est une question primordiale pour nous […] Nous souhaitons mettre en place une ZFE scientifique, pragmatique, lisible, partagée et sociale. Cela nécessite de prendre en compte plusieurs paramètres pour qu’elle soit acceptée par une partie de la population.

- Arnaud Robinet, Maire (Ville de Reims)

  • Pour Arnaud Robinet, si la ville de Reims est en retard en termes de politique cyclable cela s’explique par 2 raisons : un choix politique de la part des mandatures précédentes, mais également une urbanisation complexe, la ville de Reims ayant été reconstruite à l’issue de la 1ère Guerre mondiale et est composée de ruelles très étroites ne permettant pas la cohabitation entre cycliste, piéton et automobiliste. Pour accélérer sur cette thématique, la ville se fait accompagner depuis 2014 par des associations de références comme Vél’Oxygène. Cette collaboration se traduit par l’établissement de zone 30, l’ajout de km de pistes cyclables et par une intégration des mobilités douces lors de la réfection de la voirie. Cette politique a d’ores et déjà permis d’augmenter de l’ordre de 30% les déplacements cyclistes domicile-travail dans la communauté urbaine.
     
  • Pour conclure, l’élu revient sur la question de l’énergie au service de la mobilité. Il évoque le potentiel remplacement de certaines lignes de bus par des flottes BHNS afin de réduire de 70% le nombre de bus dans certains secteurs de la ville. Pour les lignes restantes, l’idée est de passer progressivement à des énergies plus vertes comme le biogaz, l’hydrogène ou l’électricité.

Retrouvez dès à présents l’ensemble des interventions du Sustainable Mobility Forum !