Video time
04:55 min

Olivia Grégoire : encourager un capitalisme responsable

Par : Maxime Tricoire
8 décembre 2021
Temps de visionnage04:55 min

En introduction du Sustainable Paris Forum Olivia Grégoire, Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable auprès du ministre de l'Économie, est revenu entre autres sur la responsabilité des entreprises en matière de critères ESG.

En propos liminaire, Olivia Grégoire partage avec l'audience sa vision des enjeux sustainable pour les prochains mois et années. La Secrétaire d'État revient notamment sur la mise en application de la circulaire CSRD (pour Corporate Sustainability Reporting Directive) "La CSRD est le véhicule qui va engager pas moins de 50 000 entreprises européennes de plus de 200 salariés à publier leurs données ESG. C'est un sujet souverain et politique." Pour rappeler l'importance d'une telle directive, Olivia Grégoire cite en exemple le cas de l'IFRS (norme comptable adoptée il y a plus de 20 ans) que l'Union européenne avait délégué aux USA. Résultat : des indicateurs peu adaptés à la réalité européenne, et une norme peu à peu abandonnée par les États-Unis.

L'Europe et la France sont en train de parvenir à faire émerger un standard qu'ils ont bâti avec des KPI qui leur ressemble afin de scanner l'ensemble des activités des entreprises sous l'égide de l'environnement, du social et de la gouvernance.

-Olivia Grégoire, Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable (ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance)

Si cette déclaration de performance extra-financière ne concernait, depuis 2014, que les très grandes entreprises, la nouvelle mesure devrait multiplier par 5 le nombre d'entreprises publiant leurs rapports ESG. "Si le sujet est complexe, il est parfaitement résumé dans le projet de directive qui a été publié fin avril", indique Olivia Grégoire. "Cependant, nous pouvons être fiers : 95% du contenu du projet est d'ores et déjà défendu par la France. Ce projet sera d'ailleurs l'une des priorités de la France lors de sa présidence de l'Union européenne." L'élue l'affirme : la France travaillera en trilogue afin d'accélérer la transposition internationale de cette directive dès 2023.

Pour Olivia Grégoire, cette directive est la première jambe d'un capitalisme responsable. "La seconde, c'est le devoir de vigilance des entreprises. Ces dernières vont devoir publier leur plan pour montrer comment leur organisation, sur l'ensemble de sa chaine de valeur et quel que soit le rang du fournisseur, veille à respecter les droits humains fondamentaux", conclut-elle.


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Paris Forum en vidéo !

Nouveau call-to-action