Video time
16:35 min

Groupe SOS : "Les ODD sont devenus des outils de mesures de nos actions"

Par : Maxime Tricoire
8 décembre 2021
Temps de visionnage16:35 min

En conclusion du Sustainable Paris Forum Jean-Marc Borello, président du directoire du Groupe SOS, a partagé avec l'audience sa vision de la transition durable. Pour l'expert, il est plus que nécessaire de faire émerger des outils communs pour mesurer l'impact des activités des entreprises.

Après être revenu brièvement sur les différentes interventions du Sustainable Paris Forum, Jean-Marc Borello évoque l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les activités du Groupe SOS. "Nous avons enregistré près de 1600 décès. Au plus fort de la crise, nous avons triplé nos capacités de réanimation et avons dû modifier la manière de gérer nos EPHAD pour limiter au maximum le nombre de morts", explique-t-il. La crise a néanmoins poussé le groupe à faire preuve de davantage de résilience.

L'une des particularités du Groupe SOS réside dans sa capacité à couvrir, à travers ses différentes activités, les 17 ODD de l'ONU. "Si l'on tient compte des sous-indicateurs, nous couvrons près de 50% de ces derniers […] Les ODD sont devenus des outils de mesure permanents de nos actions. Nous avons également décidé de mesurer l'impact carbone de chacune de nos activités", confie le président du directoire. Pour l'expert, le meilleur moyen de pousser les entrepreneurs à s'intéresser à la transition durable est d'impacter directement leurs entreprises. "Nous avons par exemple dû récemment refuser des investissements de la part d'une entreprise du fait du traitement des minorités ouïghoures qui allait à l'encontre de notre charte de valeurs. C'est une responsabilité que nous devions adopter, même si c'est quelque chose de très inhabituel pour un groupe comme le nôtre qui est d'habitude à la recherche de financements", explique-t-il.

Pour Jean-Marc Borello, le sujet de la mesure est extrêmement important dans le processus de transition écologique. "Si chacun choisit les sujets qu'il mesure et les outils d'évaluation, nous arriverons à un concours de green et social washing", ironise-t-il. Une situation qui a poussé le Groupe SOS à collaborer avec différentes universités et laboratoires afin de créer des outils dédiés à la mesure de l'impact. Le président du directoire évoque 3 étapes indispensables à la mesure d'impact. 

  1. Se doter d'outils de mesure.
  2. Communiquer sur ces mesures, et ce même si elles sont mauvaises.
  3. Se fixer des objectifs afin d'améliorer ces mesures.
Parmi les actions entreprises, nous avons monté un dispositif de récupération de fruits et légumes abîmés. Au-delà de limiter le gaspillage, cela nous permet de former des personnes aux métiers de la logistique tout en permettant d'amener une alimentation équilibrée aux personnes défavorisées.

- Jean-Marc Borello, président du directoire (Groupe SOS)

Pour conclure, Jean-Marc Borello revient sur la prochaine présidence de l'Union européenne par la France. "Cette dernière va nous permettre d'avancer sur les travaux d'indicateurs et de gouvernance. Ce sont des sujets pris à cœur en France et qui doivent être passés au niveau européen. […] Même si l'on crée un village gaulois et qu'on le développe, cela restera un village gaulois." Et l'expert de conclure "Mesurons les actions de chacun et permettons aux plus vertueux d'être récompensés".


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Paris Forum en vidéo !

Nouveau call-to-action