Video time
08:33 min

Lizee : et si la circularité était la clé pour réduire la production ?

Par : Maxime Tricoire
8 décembre 2021
Temps de visionnage08:33 min

Face aux enjeux de durabilité et aux nouvelles habitudes de consommation, les acteurs du monde de l'entreprise cherchent à faire évoluer leurs business models. Parmi l'éventail d'options disponibles, le modèle de la location séduit tout particulièrement. Pour en parler, le HUB Institute recevait sur la scène du Sustainable Paris Forum Anna Balez, Co-fondatrice et Directrice générale de Lizee.

"Nous sommes une plateforme SaaS de nouvelle génération s'attaquant au sujet de la remise à neuf dans le milieu industriel. Pour simplifier, si la norme a longtemps été de transporter un produit d'un point A à un point B, notre but est aujourd'hui de faire un circuit A-B B-A", explique Anna Balez. Un projet qui nécessite de convaincre les entreprises partenaires, parfois effrayées par la potentielle cannibalisation de leur offre produit. "Ils n'ont pas totalement tort sur le sujet, mais la bonne nouvelle c'est que les business évoluent. Les gens délaissent peu à peu la possession au profit des logiques d'usage", indique l'experte.

La location est un business model rentable : si vous louez deux jours à 50€ une robe qui en vaut 300€ et que vous répétez cette opération 10 fois, vous avez une marge brute de près de 200€. Et cette fréquence de location est clairement dans la fourchette basse.

- Anna Balez, Co-fondatrice et Directrice générale (Lizee) 

Ce nouveau modèle séduit par ailleurs de plus en plus d'entreprises. Si Lizee travaille notamment avec la marque Maje, Anna Balez évoque le cas de Décathlon "Après une explosion du prix de certaines matières premières, notamment la fonte dont le prix a grimpé de +40%, l'entreprise a décidé d'adopter un modèle de location pour certains produits tels que des haltères". 

L'experte se montre optimiste quant à l'émergence de cette économie de l'usage. "D'ici 10 ans, nous devrions être en mesure de diminuer par 2 la production d'objets neufs si nous arrivons à faire sorte que cette économie circulaire existe, tant autant auprès des acteurs industriels que des consommateurs". Et comme l'indique Anna Balez, si la nouvelle génération est tout à fait prête pour un changement, l'enjeu est d'accompagner la "génération qui aujourd'hui signe les chèques et prend les décisions, tout en instaurant une relation de confiance entre la marque qui loue/vend et le consommateur".


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Paris Forum en vidéo !

Nouveau call-to-action