Video time
10:59 min

Nestlé : l'industrie agro-alimentaire face au défi du Net Zero Émission

Par : Jérémie Jakubowicz
8 décembre 2021
Temps de visionnage10:59 min

Ces dernières années, l’industrie agroalimentaire s’est beaucoup transformée que ce soit d’un point de vue logistique mais également écologique. La transition énergétique est un enjeu important et les entreprises l’ont maintenant intégrée dans leurs processus. Présent sur la scène du Sustainable Paris Forum, Christophe Klotz, Directeur RSE et création de valeur partagée de Nestlé France explique l’importance du zéro émission dans son secteur d’activité.

En préambule de son intervention, Christophe Klotz, Directeur RSE et création de valeur partagée de Nestlé France revient sur l’importance du Net Zero Émission dans l’industrie agroalimentaire en interpellant directement les acteurs de sa filière. Selon lui, la question n’est pas tant de savoir s’il est possible d’atteindre ce seuil car il est nécessaire. “Est-ce que l’on peut atteindre le Net Zero Emission ? Ce n’est pas la bonne question mais plutôt est-ce que nous devons le faire et la réponse est oui” 

L’expert précise qu’il a l’habitude de travailler avec les climatologues et est assez pessimiste pour l’horizon 2050. 

Nous aurons quoiqu’il arrive en 2050, plus d'inondations ou de grands pics de chaleur et dans l’agroalimentaire cela nous touche directement car cela impact les agriculteurs.

- Christophe Klotz, Directeur RSE et création de valeur partagée (Nestlé France) 

Dans un deuxième temps, Christophe Klotz donne une définition du Net Zero Emission. Il s’agit d’une démarche réalisée par les entreprises pour réduire son empreinte énergétique. C’est une échéance à respecter et dans le cas de Nestlé mais aussi de nombreuses entreprises, ce seuil a été fixé à 2050. L’expert précise que dans le cadre des entreprises agroalimentaires, les émissions concernent toutes les parties prenantes en amont, notamment le monde agricole concernant ce secteur. 

Pour atteindre le Net Zero Emission, il faut être sérieux en faisant son empreinte carbone et cela ne se fait pas en 5 minutes grâce à une application trouvée sur internet car le but derrière est de trouver les bons leviers.

- Christophe Klotz, Directeur RSE et création de valeur partagée (Nestlé France) 

L’expert explique que ces leviers doivent être capables de proposer le meilleur rapport coûts/bénéfices plus qu’une simple question d’argent et doivent s’inscrire dans une démarche “contributive” concernant les entreprises. Dans la suite de son intervention, Christophe Klotz explique que les entreprises doivent chercher des moyens de stocker le carbone et c’est pour cette raison que les raisons se fixent des objectifs à long terme. Il a notamment évoqué une réduction de 50% en 2030. 

Pour mener à bien cet objectif, Nestlé se base sur plusieurs solutions autour de la captation du carbone. “Il existe beaucoup de solutions techniques qui sont pleines d’avenir” toutefois, dans l’agro-alimentaire il faut se focaliser sur les solutions “basées sur la nature” c’est-à-dire soit les arbres soit le sol. L'expert insiste sur la nécessité de préserver les sols : “cela représente 7% de la surface émergée et permet de nourrir 100% de la population”, tout en avançant quelques chiffres : 2400 gigatones de carbone tandis que l’ensemble de l’humanité en produit une dizaine. “Si l’on réduisait de 0,4% dans les sols les problématiques seraient en passe d’être réglées”.  

Pour conclure, Christophe Klotz évoque la nécessité de mener une ”révolution agricole” en accompagnant les agriculteurs dans cette transformation. Selon lui, il est indispensable d’accompagner les agriculteurs locaux, 1 exploitation sur 2 n’a pas de repreneur : c’est inacceptable”


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Paris Forum en vidéo !

Nouveau call-to-action