Video time
09:53 min

REN21 : énergies renouvelables, KPIs de toutes les décisions économiques

Par : Inès Krouk
8 décembre 2021
Temps de visionnage09:53 min

Le REN21 (Renewable Energy Policy Network for the 21th Century) est un réseau politique international regroupant des gouvernements, ONG et industries dans un objectif commun : travailler sur l’accélération des énergies renouvelables et le partage des connaissances sur le sujet. Rana Adib, Executive Director du REN21 nous partage les enjeux de ce groupe.

Rana Adib explique dès le début de son intervention que REN21 n'est ni un think tank, ni une ONG, mais "un écosystème permettant d’accélérer les transformations profondes des systèmes endémiques". L’objectif principal de ce réseau est de rendre visible ce qu'il se passe autour du sujet des énergies renouvelables, et d’alerter les politiques à ce sujet afin de faire évoluer les mentalités : le système économique est largement basé sur les énergies fossiles, responsables à 75% des émissions de CO2 dans le monde.

Nous sommes plus petit que Google, mais dans la logique, nous faisons pareil.

- Rana Adib, Executive Director (REN21)

Aujourd’hui, nos sociétés dépendent plus que jamais des énergies fossiles, et les gouvernements ont une responsabilité, celle d’appeler à la sobriété énergétique en donnant des signaux forts pour que tous les acteurs puissent s’engager. Par exemple, 80% de l’énergie utilisée sert à la chaleur des bâtiments, au froid (climatisation, etc.) et aux transports.

Le poids réel des villes a également un véritable impact sur la consommation énergétique. Elles sont très énergivores puisqu’elles représentent 75% de la consommation énergétique et 75% des émissions de CO2. En Corée du Sud, en Afrique du Sud et dans certains pays de l’Union européenne, les villes poussent les gouvernements nationaux à être plus ambitieux. 1 300 villes dans le monde ont une politique énergétique avec un cadre réglementaire en place. Le REN21 tend à consolider les données pour ouvrir la voie à ces acteurs vers la transition énergétique. Aujourd’hui, elles n’ont pas encore toutes les ressources nécessaires à cette transformation, ou bien elles ne savent pas qu’elles peuvent être actrices de la transition énergétique, car il s’agissait auparavant d’une mission réservée aux gouvernements. L’objectif de REN21 est d’inciter à effectuer une transformation profonde. Pour cela, Rana Adib explique qu’il faut une acceptation sociale (de la part des citoyens et de la société civile). Les villes sont dynamiques et rassemblent divers acteurs pour que ces derniers mettent leurs forces en commun, ce qui fait d'elles des actrices incontournables de la transition énergétique.

Les acteurs privés peuvent également augmenter la pression sur les acteurs publics et accélérer la transition énergétique. Rana Adib souligne le fait que l’électricité renouvelable est aujourd’hui la moins chère au monde ; il s’agit donc là d’un atout commercial et économique. Par ailleurs, les questions de sécurité énergétique et de RSE entraînent une mobilisation importante de la part des acteurs privés. Ces derniers, eux-mêmes consommateurs d’électricité, vont investir dans les capacités de production d’énergies industrielles et renouvelables. Exemple : l’utilisation du biométhane dans les véhicules automobiles. Elle conclut en expliquant que les villes, les citoyens et les entreprises privées s’intéressent de plus en plus à ces questions. On observe une augmentation de 18% en terme d’investissements (par le secteur privé), mais ce chiffre est relatif quand on remarque que seulement 10% du secteur privé à l’échelle mondiale investit dans ce secteur.

Aujourd’hui il faut changer les approches, et on a besoin de leviers d’actions et de pouvoir qui pourront aider à faire accélérer cette transition énergétique.

- Rana Adib, Executive Director (REN21)


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Paris Forum en vidéo !

Nouveau call-to-action