Video time
10:12 min

Amazon vise une livraison 50% nette carbone d’ici 2030

Par : Violette Lisbonis
20 septembre 2022
Temps de visionnage10:12 min

Avec le projet “On Road Sustainability”, Amazon imagine un futur de la livraison basé sur la mobilité douce. Charles Davous, Head of Sustainability chez Amazon est revenu sur les détails du projet et les ambitions du géant du e-commerce en matière de livraison durable.

CTA-Amazon

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


Amazon Logistics, le réseau de prestataires de services de livraisons, mis en place par Amazon représente “le bout de la chaîne”, “l’entité du dernier kilomètre” introduit Charles Davous. En lien avec les partenaires historiques d’Amazon que sont La Poste et Chronopost, Amazon Logistics vise à consolider, trier et mettre en livraison les commandes de ses clients.

“On Road Sustainability” un projet de livraison durable

Les ambitions du groupe reposent sur deux aspects, les véhicules électriques ainsi que les mobilités douces. Amazon accélère son passage aux véhicules électriques par l’installation de bornes de recharge dans ses agences de livraison ainsi que par l’accompagnement des transporteurs sur leurs propres sites. Les mobilités douces ont constitué un programme clé de l’année 2021. Ces deux initiatives ont permis d’annoncer la livraison de deux colis sur trois en zéro émission à Paris en novembre dernier.

Vers une neutralité carbone en 2040

Les ambitions d’Amazon vont cependant au-delà de ce projet. En effet, l’entreprise fait partie des signataires du Climate Pledge qui vise à une neutralité carbone d’ici 2040, soit dix ans avant la date fixée par l’Accord de Paris. Là encore, ce sont deux blocs qui servent d’objectifs et guident les actions :

  • Le projet “Shipment Zéro” repose sur la volonté d’atteindre 50% des livraisons nettes en carbone d’ici 2030. Pour cela Amazon a commandé 100 000 véhicules électriques au constructeur américain Rivian. 
  • Le géant américain vise une livraison alimentée à 100% par des énergies renouvelables d’ici 2025. 

Comment passer à l'échelle ?

Le problème de la cyclo-logistique réside dans le transbordement, soit le transfert d’une livraison sur un seul vélo-cargo. Pour faciliter ces échanges, Amazon a noué un accord avec la RATP qui permet l’utilisation de ses centre-bus en journée, lorsque les bus circulent. Fort de cette expérience, Charles Davous espère voir des initiatives similaires se développer ailleurs car la cyclo-logistique a une empreinte carbone moins importante que les véhicules électriques. “La co-activité, c’est le meilleur moyen d’être efficient, en coeur de ville” rappelle le Head of Sustainability d’Amazon. 

Je souhaite que l’on ait l’opportunité de discuter d’expériences similaires dans de nombreuses villes en France, c’est le moyen le plus efficient d’utiliser des infrastructures existantes.

- Charles Davous, Head of Sustainability, Amazon. 

Ces modes de livraisons se font alors créateurs d’écosystèmes. Selon Amazon, ils participent à la création d’emplois salariés chez ses partenaires transporteurs. Ils structurent également la filière vélo sur laquelle ils s’appuient.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA-Amazon