Video time
11:18 min

La connectivité de ses territoires ruraux, un enjeu primordial pour la région Grand Est

Par : Leen Khalifeh
19 septembre 2022
Temps de visionnage11:18 min

Comment créer du lien entre territoires ruraux et métropoles à l'échelle régionale ? A l’occasion du Sustainable Cities Summit, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est est revenu sur les actions mises en place pour développer le réseau de mobilité de sa région peuplée de 5,5 millions d'habitants et située au carrefour de la Wallonie, du Luxembourg, de l’Allemagne et de la Suisse.

CTA-Region-Grand-Est

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


En matière de mobilité, outre le réseau de déplacements, l'un des projets politiques de la région est le réseau d'information. Le défi est alors de connecter tous les foyers de la région Grand-Est au reste du monde. Dans le cadre d'un réseau d'initiatives publiques, la région a investi 2,5 milliards d'euros pour connecter tous les foyers de la région au très haut débit, en début d'année 2023.

Un très haut débit permet à un maire des Vosges de vendre, malgré le COVID, 50 des 60 maisons mises en vente sur sa commune. Si sa région n'était pas connectée au très haut débit, il en aurait vendu aucune.

- Jean Rottner, Président de la Région Grand Est

Selon Jean Rottner, l'attractivité d'une ville repose sur 4 points essentiels: 

  1. Il faut être connecté au monde, d'où l'utilisation du très haut débit. 
  2. La mobilité est un facteur essentiel dans le rapport entre le territoire et les territoires alentours. 
  3. Il est également important de privilégier la formation locale afin de poursuivre la formation dans une autre région par la suite. 
  4. Enfin, l’aménagement en matière de santé et les préoccupations de soins, d'accueil et de suivi médical sont également importantes. Ces sujets sont fortement liés à la mobilité de l'information et à la mobilité physique.

Ces 4 points d'attractivité sont finalement au centre de l’aménagement territorial de la région, une de ses compétences premières qui porte notamment sur la cohérence et le développement de la mobilité. 

En matière de mobilité routière en région Grand Est, la loi 3DS assure une forme de responsabilité supplémentaire sur les routes nationales non concédées. Il y a donc la possibilité de développer avec le secteur privé une forme de concession autoroutière spécifique sur un axe Nord-Sud qui va du Luxembourg au sud de la Lorraine. Une autre initiative serait de développer le réseau de bus avec une volonté d'essayer de moderniser le bus en termes de service, de fréquence, de vitesse et de capacité. Un réseau qui permet d'accéder à des territoires qui vivent délaissés, oubliés, de toutes les autres mobilités, notamment ferroviaires.

Concernant le réseau ferroviaire, la région développe à Strasbourg, un réseau express métropolitain, similaire au RER en région parisienne. Il devrait proposer plus de 800 liaisons. Pour inciter les habitants de l'Eurométropole de Strasbourg à renoncer à la voiture, ce réseau garantira une augmentation de la fréquence, de la capacité et de la quantité des transports des riverains. En Lorraine, l'objectif est d'arriver à une fréquence de trains toutes les 7,5 minutes entre Thionville et Luxembourg et de passer de 8 000 voyageurs/heure aujourd'hui en heure de pointe et à 18 000 en 2026/2028.

C'est en construisant ensemble, public et privé, qu'on arrive à avancer beaucoup plus vite.

- Jean Rottner, Président de la Région Grand Est

Ces objectifs nécessitent une collaboration entre les acteurs public et privé pour offrir de nouveaux services de qualité. Ils devront répondre aux grands enjeux qui structurent un territoire et qui permettent de ramener dans les grands centres urbains, les habitants de territoires ruraux parfois oubliés. L'objectif sera aussi de construire un réseau de villes moyennes, afin d’améliorer la qualité de vie sur l’ensemble du territoire.

Aujourd'hui plus que jamais, la sobriété nous oblige à aller vers de nouveaux défis en matière d'aménagement climatique, d’économie locale et de réindustrialisation.
La région Grand Est est la première région de France après l'Ile de France et la région Auvergne-Rhône-Alpes en termes d'investissements étrangers. Elle a fait le choix de baser son économie sur un plan de relance numérique, de développement durable, de santé et d'industrie, signé avec l'Etat.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA-Region-Grand-Est