Video time
08:58 min

La baisse des investissements n’empêche pas la croissance des starts up de mobilité

Par : Violette Lisbonis
20 septembre 2022
Temps de visionnage08:58 min

Vincent Cabanel, analyste chez Via ID, évolue au cœur de l’écosystème des startups de mobilité. Suite à la publication du rapport “State of European Mobility Start Up” il revient sur les chiffres qui permettent de mieux comprendre l’écosystème et ses enjeux.

CTA-GrandParisSud

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


Via ID est au cœur de l’écosystème des startups de mobilité, avec plusieurs programmes d’accompagnement et d’accélération à l’échelle européenne (prix européen de la startup) et française (Moove Lab, Mobility Club). L’entreprise fait état d’une baisse des investissements à destination des startups. 

La fête est un peu terminée

L’analyste met en avant une baisse globale des investissements que l’on peut observer sur trois aspects principaux. 

  • Une baisse globale par rapport à 2021 : le secteur de la mobilité a connu une baisse de 36% des investissements par rapport à l’an dernier. La fin des startups de mobilité ? Non, le chiffre 5,7 milliards reste trois fois supérieur à l’année 2020 et n’empêche pas certaines méga-levées à l’image de Bolt et ses 628 millions d’euros. Cela s’explique surtout par la conjecture actuelle : sur l’ensemble des secteurs, les startups subissent une baisse de 15% des investissements.
  • Vers un autre mode de sortie : le niveau des sorties connaît également un ralentissement, en termes de valeur, avec une baisse d’environ 60%. Mais le nombre de sorties reste sensiblement identique. Comment expliquer cette tendance ? Ce n’est plus aussi intéressant pour une startup d’entrer en bourse, les sorties se font donc par acquisitions, ce qui amène à une valorisation moindre. 
  • Les corporates, des investisseurs plus prudents : enfin, les entreprises ne représentent que 15% des investissements dans les startups de mobilité. Ils investissent en fait de manière plus ciblée et sont présents dans cinq des dix plus gros deals de ce premier semestre 2022, se tournant vers des startups déjà plus installées.

Comment définir une startup de mobilité ? 

Vincent Cabanel nous livre ensuite quelques pistes sur la structuration de cet écosystème. Premièrement, l’expert indique que les secteurs les plus dynamiques sont la logistique - l’analyste cite Forto - la production de véhicules et les plateformes de mobilité. À l’inverse, tout ce qui touche à la batterie connaît une forte baisse (84% de l’activité). 

Si l’Europe reste leader du secteur, on observe des tendances qui s’inversent. Les trois leaders que sont l’Allemagne, le Royaume Uni et la Suède voient leurs investissements baisser quand l’Estonie et la Grèce connaissent une forte croissance, même si la valeur des investissements reste bien plus faible. La France se maintient avec une baisse de seulement 1% de ses investissements dans les startups de mobilité.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA-GrandParisSud