Video time
11:24 min

L’agglomération Grand Paris Sud s’engage dans une transition écologique juste et sociale

Par : Leen Khalifeh
20 septembre 2022
Temps de visionnage11:24 min

A l’occasion du Sustainable Cities Summit, Michel Bisson, Président de l’agglomération  Grand Paris Sud, revenait sur l'intérêt de s'unir collectivement dans la maîtrise des biens publics afin de promouvoir une transition écologique juste.

CTA-GrandParisSud

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


Grand Paris Sud est la plus grande agglomération de France, après les métropoles et les communautés urbaines, avec 360 000 habitants. De ce fait, la collectivité fait face à d'importants enjeux sociaux et environnementaux.

Le président de l’agglomération évoque un ensemble de changements qui constituent pour lui un moment de bascule, et une opportunité de changer de paradigme collectivement. Premier sujet, le réchauffement climatique règne sur les stratégies des villes. Le féminisme représente un autre mouvement social fort, représenté par la déconstruction de la société patriarcale dans laquelle nous nous trouvons. Enfin, le président de Grand Paris Sud évoque le mouvement des droits civiques, qui est aussi une préoccupation mondiale.

Pour une transition, Michel Bisson met en avant de nouveaux droits, allant au delà des droits de l'homme et des enfants. Les droits de la terre, déjà fonctionnels dans des pays comme l'Inde, les droits des animaux et les droits des générations futures. 

Il est important de s'engager dans une communauté en tant que concitoyens, que la transition écologique soit juste, qu'elle soit avant tout sociale, faute de quoi elle sera autoritaire.

- Michel Bisson, Président de Grand Paris Sud

Pour aborder ce changement de paradigme, il faut générer une cohésion citoyenne, rassurer l’ensemble de la population et permettre aux innovations d’émerger et de trouver leur modèle économique. Pour ce faire, il faut mettre en place des socles communs sur lesquels s’appuyer. Il s’agit de biens communs essentiels, contrôlés collectivement qui seront maîtrisés dans la durée.

À Paris Grand Sud, la maîtrise publique prend en considération trois biens essentiels. 

  • L’eau

L'importance de la conservation de l'eau se révèle évidente, suite aux épisodes climatiques de cet été. C’est une source de vie mais aussi d'énergie. Il faut maîtriser l'ensemble du grand et du petit cycle de l'eau, en d’autres termes avoir une vision à 360 degrés de la production, la distribution, l'assainissement, mais aussi de la lutte contre les inondations et de la valorisation de la biodiversité. Cette vision doit pouvoir s’exprimer à travers des politiques publiques qui se concrétisent, par exemple dans l'aide apportée aux agriculteurs.

  • L’énergie

Selon Michel Blisson, 50% des sujets de transition écologique sont gérés au niveau territorial. Sur ce sujet il y a beaucoup à faire, notamment en liant déchets et énergie par l'incinération pour produire de chaleur et de l'énergie (principe de géothermie).

L’agglomération Grand Paris Sud est le deuxième territoire en termes de production de chaleur. Faire bénéficier les ménages des réseaux de chaleur permet de les rendre indépendants du gaz et participent à une logique de transition écologique et sociale.

Ces sujets permettent de maîtriser publiquement la production énergétique, afin d’être en capacité de desservir les populations dans une logique de transition énergétique et sociale.

  • Le foncier

Le foncier est un élément important pour aborder l’objectif zéro artificialisation nette, qui va occuper l’ensemble des territoires mais qui ne peut évidemment pas s'appliquer à chacun des territoires de manière uniforme. Il faudra également, selon Michel Blisson, une planification écologique pour maîtriser ce sujet.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA-GrandParisSud