Video time
12:37 min

Keynote : Le tour du monde des villes durables (et ambitieuses...!)

Par : Lila Ricci
20 septembre 2022
Temps de visionnage12:37 min

Comment construire et exploiter les villes en mettant à contribution toutes les parties prenantes? Emmanuel Vivier, cofondateur du HUB Institute, nous fait faire un bref tour du monde des collectivités durables à travers le spectre des 10 challenges de la ville.

TCA

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


Mobilité et transport

Accessibilité et décarbonation sont les mots clés des nouvelles politiques de mobilité. La ville de San Francisco vise par exemple un taux de transport sans émissions de 100 % d'ici 2040. En Europe, la Norvège a déjà pris de l’avance sur sa transition, 54% des véhicules vendus dans le pays en 2020 étaient électriques. En Islande, Reykjavik prévoit de tripler sa flotte de bus à hydrogène d'ici 2030.

Mais la décarbonation nécessite aussi le désengorgement, Il est au centre de la stratégie de développement  de plusieurs villes anglaises : après Londres, le Greater Cambridge Partnership envisage par exemple d’adopter une taxe d’encombrement, qui limite l’entrée de véhicules en centre ville

Développement économique et attractivité

Pour s’assurer qu’une ville soit durable, il faut parfois repartir de zéro. C’est le cas dans le désert américain avec Telosa, au Rwanda avec Green City Kigali ou encore au Koweït avec XZero City. La mise en projets de ces projets prend du temps, et certains d’entre eux n’aboutissent pas toujours, et ce pour plusieurs raisons. 

La ville de Brazilia, notamment, était trop étalée et avait un flux de circulation trop important. Forest City, non loin de Singapour, a privilégié l’immobilier sans penser à investir dans la culture, les commerces, et la convivialité des espaces… Résultat, la ville nouvelle est aujourd’hui désertée par les acheteurs.

Commerce local et coeur de ville

Le concept de ville du quart d’heure, un modèle idéal où tous les services essentiels sont à une distance d'un quart d'heure à pied ou à vélo, a largement été repris et adapté à l’international. Grâce à ce modèle, les usagers passeront moins de temps dans les transports, et consommeront moins d’énergie.

Afin de sécuriser son cœur de ville, certaines collectivités entreprennent des travaux, comme le quartier Kepez à Santral en Turquie. Les tremblements de terre menaçant le terrain, plusieurs anciens immeubles ont été rebâtis en habitations neuves, aux normes anti-sismiques et à haut rendement énergétique.

Santé & pollution

À Belgrade en Serbie, des scientifiques installent des bancs qui utilisent des micro-algues pour produire de l’oxygène et purifier l’air - si l’invention ne vient pas remplacer la végétalisation, elle reste un complément intéressant. La pollution de l’air n’est pas la seule à venir perturber le centre-ville, et des collectivités comme la Métropole de Lyon cherchent à combattre la pollution lumineuse en réduisant les publicités sur le territoire.

Toujours en Europe, Stockholm investit dans son port, une ancienne friche, afin d’en faire le plus grand projet d'aménagement urbain durable de Suède. Tous les efforts des collectivités ne sont malheureusement pas récompensés : le nouvel incinérateur de Copenhague n'a pas été jugé à la hauteur des exigences de l’État en matière de captage du CO2 pour obtenir un financement. 

Gestion de l’immobilier

Des villes comme New York, Hong Kong ou Singapour sont dotées de nombreux gratte-ciels. À Hong Kong, tous les gratte-ciels réunis consomment jusqu'à 90 % de l'électricité de la ville et contribuent à 60 % des émissions de gaz à effet de serre. Repenser les matériaux et le rendement de ces bâtiments dès le début tient de ce qu’on peut appeler “l’écologie de luxe” mais reste malgré tout nécessaire. 
 

Numérique et data

Les jumeaux numériques facilitent la ville intelligente : Los Angeles a récemment rejoint l’initiation “Clean Cities - Clean Future” de la plateforme Cityzenith pour construire la réplique virtuelle d'un de ses quartiers et mieux les étudier.

Production et gestion des énergies

La ville de Sydney fonctionne entièrement sur la base d’énergies renouvelables fournies par l’entreprise australienne Flow Power. L'accord d'achat d'électricité est évalué à plus de 60 millions de dollars.

Nature et biodiversité

Le COVID-19 a mis en lumière la réapparition d'animaux sauvages dans les zones urbaines, et il est possible pour les villes de s’adapter pour accueillir la biodiversité. Dans certaines villes, comme à Barcelone, l’accent est mis sur la végétalisation, au moyen d’éco-blocs pour reverdir la ville.

La protection de la nature passe par l’extermination des déchets. Avec les startups Wecyclers, Yo Waste ou encore Recyclebot, les entrepreneurs africains valorisent les déchets plastiques - qui devraient doubler sur le continent d’ici 2030.

Démocratie participative et citoyenneté

Les villes adaptent aussi leurs infrastructures pour protéger les citoyens : à Hong-Kong, des lumières ont été installées pour éclairer les passages piétons afin que les habitants qui seraient distraits par leur smartphone les remarquent à temps.

Gouvernance

La donnée permet aux collectivités de prédire les évolutions futures. Elles gagnent donc en résilience, et peuvent anticiper les événements irréguliers, comme par exemple les catastrophes naturelles. À Brisbane, un investissement de 2 millions de dollars a financé l’installation de 20 poteaux collecteurs de données, sur la circulation, les niveaux sonores, les niveaux d'inondation, la qualité de l'air, etc.

What’s next?

Certains pensent déjà à la suite, et envisagent sous quelles formes pourraient se présenter l’agriculture ou la vie en ville sur d’autres planètes. Le studio ABIBOO a désigné Nüna city, la première ville durable et autosuffisante sur Mars, pour qu’elle puisse accueillir un million de personnes.  “Espérons juste que ce ne sera pas une fuite”, conclut Emmanuel Vivier.


CTA

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !