Video time
09:33 min

La recherche au service des entreprises et de l’innovation

Par : Emma Lecadre
19 juillet 2022
Temps de visionnage09:33 min

Pourquoi parler de recherche en matière d’énergie? Le CNRS trouve avec les entreprises, des solutions que l’on imagine parfois pas encore mais qui seront nécessaires pour résoudre les défis environnementaux. L’atout du CNRS : regrouper dans un seul établissement tous les chercheurs tous secteurs confondus. Carole Chrétien, Directrice des relations avec les entreprises, était sur la scène du Sustainable Energies Forum pour partager l’approche adoptée par le Centre National de la Recherche Scientifique. 

 Vous souhaitez approfondir les sujets liés aux énergies ?
 Retrouvez dès à présent l'ensemble des replays du Sustainable Energies Forum !

Nouveau call-to-action


“Aujourd’hui si nous voulons relever les défis de l’énergie et les défis environnementaux, nous avons besoin de plusieurs types de sciences: des sciences technologiques mais aussi de sciences humaines et sociales pour parler de business models.”

- Carole Chrétien, Directrice des relations avec les entreprises, CNRS

Un autre enjeu réside dans l’acceptabilité sociale. Il faut que les populations mondiales acceptent les défis environnementaux et partagent les solutions qui s’offrent à nous. Le CNRS est là pour accompagner les entreprises vers le progrès, c’est son ADN. Il fonctionne sur deux approches : une approche techno-push et une approche holistique. Biomasse, géothermie, nucléaire, solaire, marine ou éoliens, le CNRS travaille sur différentes sources d’énergie. Cependant, la force de la science française actuelle est aussi d’avoir une approche holistique pour pouvoir traiter les problématiques dans leur complexité. 

Nous avons besoin d'énergie dans les transports, dans les bâtiments, dans l’industrie, en ajoutant des sujets complètement transversaux comme l’économie, les business models et l’acceptabilité sociale. Il faut donc combiner ces approches qui sont traitées par plus de 4500 chercheurs et enseignants-chercheurs.

Pourquoi inventer ce qui n’existe pas? S’il sera presque possible d’atteindre le zéro émission d'ici à 2030, avec les technologies existantes. Elles ne seront pas suffisantes pour conserver cette neutralité en 2050. Nous devons donc inventer les technologies de rupture qui vont permettre d'atteindre cette neutralité pour 2050 et relever ce défi ensemble, avec les entreprises. . 

image

Aujourd’hui sont en cours des grands programmes d’exploration et d’accélération de la recherche. Nous sommes très impliqués sur les sujets de l’énergie : l’hydrogène décarboné, les batteries, la décarbonation de l’industrie, les TASE (Technologies avancées de Systèmes Énergétiques), la ville durable et les bâtiments innovants. “Des montants conséquents sont engagés, mais il faut aussi travailler avec les entreprises dans le cadre de ces programmes de recherches” selon la Directrice des relations avec les entreprises, CNRS

Le CNRS travaille également sur trois enjeux importants de la décarbonation : le captage, le stockage et la valorisation du CO2 dont beaucoup de programmes sont en cours.


Vous souhaitez approfondir les sujets liés aux énergies ?
 Retrouvez dès à présent l'ensemble des replays du Sustainable Energies Forum !

Nouveau call-to-action