Video time
11:14 min

Freenow: Comment la diversification de l'offre mobilité influence nos déplacements

Par : Violette Lisbonis
19 mai 2022
Temps de visionnage11:14 min

Le General Manager France de Freenow, Dimitri Tsygalnitzky, était présent sur la scène du Sustainable Leaders Forum pour partager sa vision sur le futur de nos déplacement en ville. Mettant en lumière les grandes évolutions qui ont marqué la mobilité lors de ces dernières années, il revient sur le développement du MaaS et comment la diversification de l’offre mobilité influence notre manière de se déplacer.

“Le transport est la principale source d’émission de gaz à effet de serre. Rien qu’à Paris, les transports routiers représentent 65% des émissions de gaz”. Actuellement, plus de la moitié de la population mondiale vit en zone urbaine, une statistique qui devrait atteindre 70% en 2050. En 2019, les français passaient en moyenne une heure à se déplacer par jour, un durée qui montait à 1H40 à Paris. Seul 1 voyageur sur cinq se disait satisfait de son trajet domicile-travail. 

Cinq évolutions porteuses d’espoir

Toutefois, le General Manager nous amène à considérer cinq évolutions récentes, qui semblent au contraire indiquer une amélioration des conditions de mobilités.

  1. L’impact du Covid : les confinements et le développement concomitant du télétravail ont amené à des changements d’habitudes de déplacement : les gens se déplacent moins, pour le travail comme pour les sorties. Cela vient alors interroger l’utilité de posséder une voiture personnelle. 
  2. Une nouvelle offre de mobilité : le développement d’une nouvelle offre de service de mobilité (vélos, trottinettes, etc.) vient aussi révolutionner la manière de se déplacer. Ainsi, 27% des utilisateurs de Freenow ont recours à plusieurs options de mobilité, témoignant d’une recherche d’alternatives.
  3. Les politiques urbaines : la troisième évolution s’incarne dans la manière qu’ont les villes de lutter contre l’autosolisme, ou la conduite solitaire d'une voiture. La mairie de Paris à réduit la vitesse à 30km/h, mais de telles mesures comme le développement des pistes cyclables à tendance à se démocratiser dans l’ensemble des métropoles.  
  4. La mobilisation des entreprises : lorsque 75% des entreprises considèrent que la crise sanitaire va les pousser à considérer davantage les enjeux, la mobilité est en première ligne. Mise en place de crédit mobilité, fin de la voiture de fonction, etc…
  5. L’évolution de la technologie : chaque acteur de la mobilité avait son propre code et sa propre application, mais la tendance change avec le développement de partenariats, incarné notamment par Freenow. Cette standardisation du langage permet d’agréger une variété de services.

Les engagements de Freenow

Ces cinq évolutions sont à l’origine de la naissance des plateformes de Mobility as a Service (Maas), pour lesquelles Dimitri Tsygalnitzky envisage une forme d’explosion du marché avec l’apparition de nouveaux acteurs. Cette union des différentes offres seraient le meilleur moyen de lutter contre l'auto-solisme. 

Ces considérations générales amènent Dimitri Tsygalnitzky  à se centrer sur les trois engagements de Freenow :

  • L’agrégation de l’offre : Freenow n’est pas opérateur et agrège les différentes offres sans en ajouter. L’entreprise travaille avec différents acteurs pour les rendre disponibles au sein d’une même application, pour éviter une multiplication inutile de ces acteurs. 
  • L’optimisation des trajets : parti du constat qu’environ 20% des trajets en VTC sont inférieurs à 2km, l’entreprise tente de promouvoir des alternatives comme les trottinettes voire les transports publics sur les trajets courts
  • La transition électrique :  par le biais de partenariats avec les constructeurs automobiles, Freenow accompagne les chauffeurs dans l’achat de véhicules électriques mais aussi avec d’autres acteurs pour améliorer les infrastructures d’entretien

Dimitri Tsygalnitzky et Freenow sont convaincus que les entreprises peuvent influencer les habitudes de déplacements de leurs collaborateurs. Réciproquement, les collaborateurs peuvent influencer les décisions des entreprises concernant la mobilité. L’opérateur souhaite être à la convergence de ces deux tendances et aider les entreprises à réduire leur empreinte carbone grâce à l’utilisation du MaaS et du Mobility Budget tout en incitant les collaborateurs à utiliser des modes de déplacement plus propres.