Video time
10:22 min

Uber France : le virage électrique des VTC

Par : Claire Plassart
8 février 2022
Temps de visionnage10:22 min

La mobilité de demain se joue sur plusieurs tableaux, dont celui de la transition vers l’électrique, et la fin de la voiture individuelle pour favoriser la mobilité partagée. Nicolas Prévitali, Directeur des Opérations liées aux chauffeurs Uber France, prend la parole sur la scène du Sustainable Mobility Forum pour présenter la vision et le plan d’action d’Uber vers la mobilité de demain. 

Nicolas Prévitali souligne le paradoxe de la voiture individuelle qui a un impact considérable en termes de temps perdu dans les transports, de congestion et de pollution générées, et donc un coût financier élevé. Or, la voiture individuelle n’est responsable que de 4 % de ces problèmes, puisque 95 % du temps la voiture ne bouge pas. La résolution de ce paradoxe est possible grâce à la mobilité partagée. 

La mobilité partagée, c’est la mise à disposition de transports publics, mais aussi un bouquet de mobilité pour remplacer la voiture individuelle et contribuer à dépolluer et décongestionner les villes. 

- Nicolas Prévitali, Directeur des Opérations liées aux chauffeurs (Uber France) 

Uber propose sur sa plateforme des VTC mais aussi des trottinettes et des scooters, qui sont déjà des mobilités électriques. La transition reste à mener pour les VTC, avec 2 ambitions pour Nicolas Prévitali :

  • Ne plus proposer de véhicule diesel sur la plateforme en 2024
  • Proposer 50 % de véhicules électriques sur la plateforme en 2025

Ce plan est ambitieux mais va se réaliser progressivement, sur 5 ans, de 2020 à 2025. Il a été communiqué aux chauffeurs depuis longtemps afin qu’ils puissent se préparer, avec l’aide de 75 millions d’euros qui leur est dédiée pour l'achat d'un véhicule électrique. Uber a de plus déjà commencé à poser les bases de sa transformation : le taux de véhicules diesel sur la plateforme est en diminution, et est passé de 85 % il y a 2 ans, à 65 % aujourd’hui. De plus, le nombre de courses Uber Green a été multiplié par 12 sur les 12 derniers mois.

L’option Green a été lancée dès 2016, mais n’a pas décollé de suite : les courses ont ensuite été proposées à moindre coût, et cette proposition à la fois écologique et économique s’est révélée gagnante. Nous avions lancé l’option Uber Green depuis 2016 à Paris, mais cette option, pourtant alignée avec les tendances des consommateurs, avait du mal à décoller. En faisant en sorte que l’option Uber Green devienne la moins chère de quelques centimes, cela a naturellement conduit les passagers à l’utiliser considérablement plus. C’est donc économique et écologique. Et, cela bénéficie en retour aux chauffeurs qui roulent en hybride ou en électriques, car ils reçoivent plus de courses ! 

Uber travaille également avec les villes pour continuer à offrir un bouquet de mobilité pour tous, en s’intégrant dans des zones à faibles émissions, et en collaborant autour de plans locaux de décarbonation. 

Les prochaines étapes de la transition vers une mobilité électrique pour Uber sont : 

  • La construction d’un écosystème plus large via des partenariats avec les constructeurs automobiles et des établissements de financement
  • La mise en place d’une offre de reprise diesel pour aider les chauffeurs dans la transition
  • Un accompagnement humain pour aider les chauffeurs à naviguer dans un marché en pleine construction et maturation. Le but est de les aider à obtenir les aides du gouvernement et des régions, et d’être en mesure de répondre à leurs questions. 
  • Faire du produit Green un pilier central de l’application : travail de sensibilisation auprès des passagers et des consommateurs. 

Nicolas Prévitali conclut en partageant la vision du CEO d’Uber, Dara Khosrowshahi

Le climat, c’est un sport d’équipe; la première mi-temps a déjà commencé, il est encore temps pour tous de s’engager.

Dara Khosrowshah, CEO (Uber)


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Mobility Forum !

Nouveau call-to-action