Video time
10:27 min

Zoov : le vélo en libre-service, un vecteur multimodal d’inclusion des territoires ?

Par : Marie Giuliani
8 février 2022
Temps de visionnage10:27 min

Suite à la crise sanitaire, on relève une augmentation de 45 % de l'utilisation des vélos sur le territoire francilien. Cependant, ce service n’est pas encore démocratisé à l’ensemble du territoire et se concentre particulièrement dans les grandes villes telles que Paris. Amira Haberah, Co-Founder de Zoov, et Nadia Goupil, Responsable Affaires publiques chez Zoov, se sont donné comme mission de mettre en lumière la demande réelle des villes moyennes et de leurs périphéries, telle que l'agglomération d’Épinal.

Smoove & Zoov, leader sur le marché des vélos en libre-service, revient au Sustainable Mobility Forum avec de nouveaux succès à son actif. Développer ce service au sein des villes moyennes et des territoires périphériques : un défi relevé avec brio par Zoov sur la communauté d'agglomération d'Épinal. Le point négatif : seul 14% des français ont accès à un service de vélo en libre-service, dont 75% vivant dans une grande métropole. 

L’objectif du gouvernement est de multiplier par 4 la part modale du vélo, de passer de 3 à 12%. On a la conviction que ces nouveaux trajets à vélo, il faut aller les chercher sur tout le territoire français, en particulier sur les villes moyennes et les territoires périphériques.

- Amira Haberah, Co-Founder (Zoov)

Zoov s’est alors donné pour mission d’aussi développer le vélo en libre-service en dehors des grandes villes comme Paris. “Il est nécessaire de généraliser ce mode de déplacement pour atteindre les chiffres évoqués précédemment”, insiste l’experte. Pour appuyer ses propos Amira haberah cite une étude sortie dans Le Monde, qui affirme que “47% des gens qui se rendent au travail en voiture le font pour un trajet inférieur à 1 km : un trajet que l’on peut facilement faire à vélo et encore plus facilement en vélo électrique.” Ainsi, Smooth & Zoov se base sur 3 piliers afin de développer ce service au sein des villes moyennes. Cette année la start-up a pu se baser sur l’exemple concret d’un territoire pour lequel des résultats ont été relevés. 3 objectifs principaux : 

  • La réduction des coûts liés à la mise en place de ce service
  • L’accompagnement de la ville dans la construction de son besoin
  • Convaincre les citoyens et les usagers à travers une expérience utilisatrice forte

En effet, avant tout, il convient de convaincre les usagers de l’utilisation de ce service. L'agglomération d’Épinal a alors décidé de compléter son offre de location de vélos de longue durée avec des vélos en libre-service. Un solution permettant à :

  • Ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un vélo électrique : d’en bénéficier 
  • Ceux qui hésiteraient : à le tester avant de décider à passer à l’acte d’achat
  • Ceux qui en ont un usage ponctuel : de réduire les déplacements en voiture

Mis en place il y a 6 mois dans la communauté de l’agglomération d’Épinal, en comprenant les territoires moins denses de sa périphérie, ce service a rencontré du succès avec une note de 4,8/5 dans l'app store et 10% de la population locale s’y référant. Résultats : 20 000 trajets, 65 000 km et une réduction de plus de 4 tonnes de CO2. Une mobilité douce qui met en lumière la demande des territoires moins dense. La communauté d’Épinal a d'ailleurs décidé d'augmenter sa flotte de vélos en 2022 et d’ouvrir ce service à de nouvelles villes qui n’en bénéficieraient pas encore .


Retrouvez dès à présent l'ensemble des interventions du Sustainable Mobility Forum !

Nouveau call-to-action