Image
Infographie-statista-hubinstitute-maxime-tricoire-retail-online-vs-offline

Retail : ni tout blanc, ni tout noir

Par : Maxime Tricoire
3 septembre 2018
Temps de lecture : 1 min
Chapo

Chaque semaine, le HUB Institute et Statista vous proposent l'infographie de la semaine. Cette semaine : vers la fin de l'opposition entre retail online et offline ? De plus en plus d'études montrent le manque de pertinence dans cette opposition.

Body
infographie-HUBInstitute-statista-retail-online-offline

L’e-commerce, ennemi juré des retailers traditionnels ? Pas si sûr... Une étude menée par le cabinet de conseil américain McKinsey montre que les personnes n’utilisant que l’e-commerce dans leurs processus d’achat sont ultras minoritaires (5% en moyenne aux USA). De la même manière, seuls 10% des consommateurs affirment consommer des produits achetés uniquement en magasin. A contrario, près de 56% plébiscitent le mix online-offline dans leur parcours d’achat. Un résultat qui montre que si l’e-commerce s’est durablement installé dans nos vies, il est encore loin d’être majoritaire dans les achats des ménages

De manière générale, les clients restent attachés aux magasins, quels que soient leurs âges. Selon l’étude « Retail Buying » d’IPG Mediabrands, 64% des répondants britanniques déclarent apprécier se rendre dans un point de vente physique. Ce chiffre atteint même les 76% chez les 18-24 ans, pourtant réputés comme étant digitales natives. Mieux, à prix identique, les consommateurs seraient plus enclins à se rendre en magasin, et ce malgré les facilités de livraison mises en place par les sites e-commerces (à l’exception des achats de produits électroniques et de jouets).

Loin de se poser en ennemi du retail physique, le digital se veut comme complémentaire. Parmi les 4 profils que met en exergue IPG Mediabrands dans son étude, on remarque que les webroomers (ceux qui s’inspirent en ligne pour acheter en magasin) sont majoritaires en Europe. Une tendance qui peut s’expliquer par le fait que le digital a permis une multiplication des points de contact entre l’entreprise et le consommateur (4 touchpoints sont utilisés en moyenne) et par la facilité de comparaison qu’offre internet.

Profile picture for user MaximeTricoire
Maxime
Tricoire