Image
smart-city

Et le mobilier urbain devint intelligent !

Par : Xavier Biseul
11 octobre 2019
Temps de lecture : 4 min
Chapo

Des abribus aux lampadaires en passant par les poubelles, les équipements urbains qui font notre quotidien sont des collecteurs de données en puissance. L’analyse de ces derniers permet aux collectivités de mieux gérer les services publics.

Body

Qui eut cru qu’une poubelle puisse devenir intelligente ? Les Parisiens peuvent en faire l’expérience. En flashant le QR Code déposé sur certaines poubelles, ils peuvent signaler une anomalie comme un lampadaire défectueux ou un encombrant abandonné. Abribus, panneau d’affichage, banc public, colonne Morris… tout mobilier urbain peut potentiellement devenir un équipement connecté dans la smart city.

capteur-remplissage-camion-poubellePour rester dans les poubelles, il est possible d’optimiser les trajets et les horaires de collecte des ordures ménagères. Les capteurs placés à l’intérieur des conteneurs permettent d’alerter les services municipaux du niveau de remplissage les services. La poubelle de la société Ecube Labs peut également compacter automatiquement les déchets en tirant son énergie d’un panneau solaire placé à son sommet.

L’éclairage public peut aussi gagner en intelligence. Une fois tous les lampadaires connectés et dotés de capteurs de présence, une collectivité locale peut amplifier son éclairage nocturne lors d’événements particuliers ou, inversement, réduire sa consommation énergétique dans les zones peu empruntées. Citylone propose ainsi aux collectivités locales de gérer tout un parc de luminaires connectés depuis un simple smartphone.

capteur-intelligent-parkingLe parking est également smart. Comme sur les parkings de certains centres commerciaux, la première étape consiste à placer des capteurs de présence qui informent de l’occupation ou non d’une place et du temps de stationnement du véhicule. Pour les automobilistes, le smart parking est la promesse de ne plus tourner en rond avant de trouver un emplacement libre.

Les collectivités locales peuvent, elles, espérer fluidifier le trafic mais aussi « optimiser » le paiement des amendes en cas de stationnement payant. Depuis le 1er janvier 2018, les villes ont, effet, récupéré leur gestion qui était jusqu’alors du ressort du Trésor Public. 

Les données remontées par les capteurs permettent, par ailleurs, d’alerter les agents municipaux en cas d’infractions comme ce véhicule qui stationne sur un emplacement livraison. La ville de Londres a expérimenté le « fair parking ». Pour s’assurer que les places de parking réservées aux personnes handicapées reviennent bien aux ayants-droits, ces derniers disposaient d’une carte RFID qui, placée derrière le pare-brise, « dialoguait » avec le capteur de la chaussée.

 

Le mobilier urbain se connecte au citoyen

Acteur incontournable du mobilier et de l’affichage urbains, Clear Channel entend également devenir un des fers de lance de la Smart City.  L’entreprise a ainsi installé à Monaco pas moins de 33 abris-voyageurs intelligents. Baptisés "SMART", ceux-ci ont été déployés dans le cadre du programme "Extended Monaco", qui vise à installer la principauté comme l’une des villes de références de la Smart City.

L’abri embarque différents capteurs, capable par exemple d’informer en temps réel les administrateurs monégasques de la qualité de l’air. Il est également utilisé comme antenne relais 5G, ce qui participe à faire de Monaco la première nation entièrement couverte par ce réseau.

Outre l’innovation purement technologique, ce mobilier urbain d’un nouveau genre est pensé comme un moyen d’accompagner le voyageur dans sa vie quotidienne. On y retrouve de nombreuses connectiques (pour y charger son smartphone par exemple), ou encore des hotspots WiFi permettant à l’utilisateur de naviguer sur internet gratuitement. SMART est également équipé de nombreux écrans et dalles tactiles, permettant au voyageur d’interagir avec lui. Il peut par exemple s’y informer sur l’actualité de la ville en temps réel, se renseigner concernant les différents types de mobilités en ville ou même jouer en attendant son bus.

...

En ce sens, ce mobilier répond parfaitement à la philosophie de Clear Channel qui entend participer à la construction des villes modernes en refaisant de la rue (et ses tiers lieux) une fabrique de liens sociaux et d'expériences. Ce que Philippe Baudillon nous a détaillé dans une précédente interview.

Par ailleurs, pour renforcer l’utilité sociale de ses dispositifs Digital Out Of Home (DOOH), Clear Channel n’hésite pas à nouer des partenariats avec différents acteurs des secteurs publics et privés. À Rennes, la collaboration avec le média Brut permet de diffuser sur tous les abris-voyageurs des "Hyperstories" prenant la forme de reportages à propos d’initiatives sociales et/ou environnementales locales. Dans d’autres villes, les publicités géo-localisées pour "Too Good To Go" permettent aux citoyens d’identifier les commerces présents sur la plateforme, et donc, de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Ce type de dispositif peut également être utilisé pour recréer et approfondir le lien entre les collectivités et les administrés. En novembre 2019, les millennials de la région Nouvelle-Aquitaine ont été invités à s’exprimer sur leur Région via JAM, un chatbot disponible sur la plateforme Messenger. Le dispositif a engrangé plus de 3400 réponses qui ont été :

  • Agrégées, de manière à ce que les administrateurs en tirent des enseignements qui nourriront les futures initiatives de la région.
     
  • Diffusées, sous forme de stories sur les différents panneaux de Clear Channel, permettant ainsi de poursuivre, dans la rue, la conversation avec les citoyens.

Avec la participation appréciée de Maxime Tricoire

Profile picture for user Xavier Biseul
Xavier
Biseul
Journaliste spécialisé