Image
webiinar

L’intelligence collective au coeur de l’expérience et de l’engagement collaborateur

Chapo

Avec la pandémie de Covid-19, les RH font face à de nouveaux défis. Assurer la sécurité du travail, son ergonomie, maintenir la convivialité entre les équipes et l’avenir du travail... ces quatre chantiers devenus encore plus essentiels ne sont possibles qu'en donnant la parole à chacun et en s’écoutant. Comment utiliser l'intelligence collective pour passer de la compétition à la collaboration ? Voici la question à laquelle nos experts ont tenté de répondre lors d'un webinar dédié.

Voir le replay vidéo

Body

Depuis le début du confinement, et encore aujourd'hui alors que la phase de déconfinement a commencé, notre façon de travailler et de gérer les équipes a évolué. Aujourd’hui, 4 chantiers se dessinent pour les entreprises: assurer la sécurité du travail, son ergonomie, maintenir la convivialité entre les équipes et l’avenir du travail.

À LIRE AUSSI - Confinement : rétablir les échanges informels dans le télétravail

La plupart des entreprises sont en train de repenser leurs activités pour envisager les nouveaux besoins, les nouvelles compétences et les nouveaux outils. Pour autant, la responsabilité de l’employeur est de maintenir l’employabilité des collaborateurs, tout comme leur motivation. Pour cela, il faut pouvoir mesurer le “pouls” des collaborateurs et des managers, la communication, la solidarité opérationnelle et l'intelligence collective.

asana

 

Il y a déjà une fatigue qui commence à apparaître par rapport aux outils qu’on utilise. Pour maintenir la motivation,  aider chacun et détecter les petites déprimes, la posture du management va devoir être très bienveillante.

- Emmanuel Vivier, Cofondateur du HUB Institute   

L’enjeu n’est pas forcément de retrouver de la productivité, car on en a beaucoup perdu, mais plutôt de faire revenir la confiance dans le projet, l’organisation et de se dire qu’on à la force pour trouver les bonnes ressources.

 

Il y a 3 conditions à l’intelligence collective. Assurer la diversité des points de vue, créer les bonnes conditions pour que chacun se sente libre de s'exprimer, respecter les méthodes d’agrégation.

 

C’est à la fois une question de culture et d’ouverture. L’intelligence peut venir de toute part. Il est important de mettre l’ego au service du projet et non de son propre parcours. C’est aussi une question d’outils et une croyance sur la pensée systémique.

- Caroline Loisel, Experte RH & Transformation - HUB Institute

Gestion du travail : coordonner ses équipes et collaborer efficacement  

“Nous sommes actuellement dans une non-gestion du travail qui repose sur des mails et des outils vieillissants”.  Il y a plusieurs conditions clés pour favoriser la réussite des équipes, comme l’explique Corentin Rosado,  Responsable grands comptes Asana : la clarté, la communication et l’automatisation. La coordination des équipes est toujours une affaire complexe, d’autant plus en télétravail, c’est pourquoi la gestion du travail est cruciale.

À LIRE AUSSI - Data : quelle stratégie de gouvernance pour la donnée ?

La gestion du travail est une approche systématique qui permet d’orchestrer les processus et de donner aux équipes la clarté nécessaire pour atteindre leurs objectifs plus rapidement.

Processus continu ou tâche de routine, la bonne gestion du travail permet de coordonner le travail des employés pour s’assurer que chacun dispose des informations dont il a besoin pour accomplir son travail.

Quand l’organisation adopte pleinement la gestion du travail, cela permet d’avoir un système basé sur la transparence et la responsabilisation. Les équipes peuvent mieux planifier, organiser et réaliser les tâches et les réunions pour se tenir informé de l’avancement du travail ne sont plus nécessaire.

 Selon une étude sur l’anatomie du travail mené par Asana, pour comprendre quels sont les freins à la productivité 13% du temps de travail est consacré à la planification stratégique, 27% au travail qualifié et 60% au Work about Work, qui fait référence aux tâches qui empiètent sur le temps de travail qualifié, essentiel à la réalisation des objectifs. 

Si on prend le temps d’analyser les freins à la production, il y en a 3 : les distractions, le manque d'interaction en personne et les difficultés d’accès aux informations.

- Corentin Rosado,  Responsable grands comptes Asana

 

Les relais de l'intelligence collective  

Il existe aujourd'hui des tribus avec des facilitateurs et des tas d’outils d’intelligence collective, en physique comme en digitale. Ces outils sont  très intéressants pour les entreprises pour renforcer les managers et permettre de réfléchir à plusieurs et  d'enrichir les points de vue. Gaëlle Barthelemy, Facilitatrice en intelligence collective, Manager de formateurs soft skills et digitalisation, revient sur l’importance des relais de l'intelligence collective pour bien manager à la fois les outils, mais aussi les hommes.

Dans l'intelligence collective, chacun a sa place, chacun a sa parole, car  tout le monde peut avoir quelque chose à amener pour inspirer à des niveaux supérieurs. On essaye de redonner le sens du lien, car quand on est plusieurs on réfléchit mieux.

 

Il y a 4 facteurs clés de succès lorsqu’on décide d’avoir des facilitateurs : il faut les former, les animer et les faire connaître, leur dégager du temps et accepter d'avoir une structure horizontale pendant ces temps d'intelligence collective, on a plus vraiment de hiérarchie, la parole de chacun se vaut tant que le cadre de bienveillance et d’écoute est respecté.

- Gaëlle Barthelemy, Facilitatrice en intelligence collective, Manager de formateurs soft skills et digitalisation

RH 2.0 devenir accélérateur de création de valeur

Pour Alexandre Pachulski, Co-Founder et Chief Product Officer chez Talentsoft, il ne fait aucun doute que la complexité des problèmes auxquels nous sommes confrontés nécessite qu’on se réunisse collectivement pour trouver des solutions. Malgré les comportements parfois qu’elle a provoqué, la crise du covid-19 a permis d’accélérer la transformation digitale, qui peinait à arriver dans certaines entreprises.

Cette crise nous a permis de nous reconfigurer. Nous avons créé une radio pour animer la vie chez Talentsoft avec des gens qui faisaient de la musique, qui partageaient des aspects personnels, pour maintenir ce lien de façon utile. Pour vivre ce que l'on aime vivre quand on vient au bureau.

 

Les entreprises ont souvent peur de laisser du temps aux collaborateurs pour faire ce qu’ils veulent par crainte que cela ne serve pas l’entreprise. On a pu se rendre compte que les gens savent de quoi l'entreprise a besoin et ils se mettent rarement sur quelque chose d'inutile.

 

Cette crise a créé de l'empathie. Même les managers qui étaient moins doués pour prendre soin des autres ont dû le faire. Cette empathie va maintenant faire partie d’un courant dont nous avions besoin.

 

La clé, c’est la confiance. Si on accepte d’échouer, de ne pas avoir toutes les solutions, et de changer de directions quand c’est nécessaire, on a plus de chance d’avancer.

- Alexandre Pachulski, Co-Founder et Chief Product Officer chez Talentsoft

webinar