Image
Replay-Webniar-Sustainability-Paris-Uitp-SoliMobi-Trandev-VIA-ViaID-Caocao-Europcar-BlueSolutions-HUBInstitute-MaximeTricoire

Sustainable Day : comment les villes organisent leur mobilité post-COVID

Par : Maxime Tricoire
7 mai 2020
Temps de lecture : 12 min
Chapo

Si la mobilité est depuis longtemps au cœur des problématiques communales, la crise sanitaire actuelle amène les villes à repenser la circulation des habitants. La période de déconfinement s’avère cruciale, tant pour les acteurs public que pour les opérateurs de mobilité. Pour l’occasion, nous avons invité différents spécialistes à s’exprimer sur le sujet dans le cadre de notre Sustainable Day. Retrouvez dès à présent leurs retours d'expérience.

Body
Participant webinar

Les tendances de la mobilité

Depuis quelques années, la mobilité connait une véritable révolution. Qu’ils soient publics ou privés, les différents acteurs du domaine multiplient les innovations. Perle Bagot, directrice associée du HUB Institute, revient sur les grandes tendances qui rythment le secteur.

De plus en plus d’aires urbaines font aujourd’hui le choix de la gratuité des transports en commun. C’est le cas depuis 2018 de Dunkerque et des 17 communes de son agglomération. Résultat : les citoyens utilisent moins la voiture tout en augmentant leur pouvoir d’achat, le trafic s’en trouve fluidifié tandis que la pollution diminue.
Le vélo électrique est sans aucun doute le grand gagnant des nouvelles micromobilités. À tel point que certaines régions n’hésitent pas à investir pour en faire une mobilité complémentaire aux transports en commun. C’est le cas de la région Ile-De-France qui a lancé Véligo. Il s’agit d’une location mensuelle de vélo électrique, prise en charge au même titre que le pass Navigo, qui pour 40€/ mois comprend également la maintenance, l’accès à des parkings…

- Perle Bagot, Directrice Associée (HUB Institute)


COVID-19 : quel impact sur la mobilité ?

Il parait aujourd’hui censé de dire qu’il y aura un avant et un après COVID-19. Un constat d’autant plus vrai dans le monde du transport, fortement touché par la crise. Spécialiste du sujet Sylvain Haon, Senior Director Strategy de l’Union International des Transports Publics (UITP), revient sur l’impact de la pandémie sur l’offre de transport.

On peut se demander si la crise du COVID-19 va entrainer une rupture quant aux évolutions des comportements de mobilité. […] Il peut être intéressant de faire un parallèle avec le cas de Bruxelles après l’attentat de 2016. La situation avait créé un climat anxiogène vis-à-vis des transports en commun. Pourtant, en moins d’un an, l’affluence était similaire à celle observée avant l’événement, voire avait augmenté. […] Selon moi, nous assisterons à une plus forte résilience des comportements des utilisateurs que ce à quoi l’on peut s’attendre.
La phase de déconfinement va elle aussi apporter son lot de défi. L’un des principaux va être celui de la distanciation sociale au sein des transports en commun […] Tout l’enjeu réside dans notre capacité à lisser la demande de transport, notamment en réduisant l’affluence en heure de pointe. C’est un défi commun qui s’inscrit dans un cadre plus large : celui de la redéfinition du transport public.

>> A LIRE AUSSI : Quelle mobilité dans un monde post-confinement ?

Il est aujourd’hui nécessaire de repenser les interactions entre la ville, les activités et la mobilité. C’est ce que l’on appelle l’urbanisme tactique. Il faut pérenniser l’usage du vélo et de la marche en complémentarité des transports en commun pour répondre au besoin des citoyens, mais également d’accroitre la résilience de notre système.
La crise du COVID-19 a eu un fort impact sur le secteur du transport public. En Italie, le nombre de passagers a baissé de près de 80% sur 2 mois et la chute des recettes commerciales a été proportionnelle. Dans le même temps, les charges sont restées fixes, puisque l’offre de service a été maintenue à 70%, voire ont augmenté avec les mesures de désinfections mises en place.

- Sylvain Haon, Senior Director Strategy (UITP)


Mobilité : Paris à l’ère du post COVID-19

La ville de Paris est, depuis plusieurs années, à l’avant-garde de la lutte contre l’usage de la voiture individuel. Présent lors de notre webinar dédié à la mobilité post-COVID Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie de Paris, revient sur les raisons de ce combat. Il nous explique également le nécessaire lien qui doit s’opérer entre transport et territoire.

Pour devenir plus efficiente, Paris doit miser sur la sobriété et l’innovation. Mais la sobriété n’est pas la privation. Le but n’est pas d’arrêter de consommer, mais d’entrer encore plus dans une société du partage. Et la société du numérique va justement être un levier pour permettre l’intermédiation et la partage.
Le fléau n’est pas tant l’usage de la voiture individuel que l’autosolisme. Si ce type d’usage était à la baisse avant le confinement, il nous faut veiller à ce que le retour à la normale n’inverse pas la tendance. […] À titre d’exemple, si seulement 10% des passagers de la ligne 13 basculent sur l’usage de la voiture individuel, le résultat sera équivalent au trafic des voies sur berges avant leur fermeture.
Avant le confinement, nous vivions dans une société d’hypermobilité. Pour de bonnes et de mauvaises raisons, nous revenons aujourd’hui à un éloge de la proximité. […] Toutes les communes ont un rôle à jouer. Nous devons repenser la ville à l’ère de l’hyperproximité notamment dans l’accès à l’habitat et au commerce. L’avenir est aux écosystèmes urbains soutenables et modestes avec une forte qualité de vie et une mixité des habitats pour que tous ceux qui concourent à ces écosystèmes puissent y vivre.

>> A LIRE AUSSI Au-delà du coronavirus, comment DiDi Chuxing, le Uber chinois, continue de se développer

La lutte contre la pollution est maintenant un combat reconnu et durable, et encore plus aujourd’hui où l’on voit que dans certains cas elle participe à la propagation du COVID-19. […] Après le transport, il nous faut nous pencher sur la pollution liée aux épandages agricoles et au chauffage au bois. […] Nous devons entrer dans une logique ou le scientifique décide et où le politique arbitre.

- Emmanuel Grégoire, Premier Adjoint (Mairie de Paris)


MaaS : quel avenir pour la mobilité ?

Conceptualisé depuis 2014, la Mobility As A Service (MaaS) est rapidement devenu une des pierres angulaires nécessaires à l’émergence des différentes Smart City. Promesse d’une plus grande transparence et flexibilité vis-à-vis de l’offre de transport pour le consommateur, le concept est d’ores et déjà à l’essai dans de nombreux territoires. À l’occasion du Sustainable Day organisé par le HUB Institute, des experts de tous horizons nous ont livré leur vision de cette nouvelle conception de la mobilité.

À mon sens, il n’y aura pas vraiment un réel changement post-COVID. La pandémie n’a fait qu’accentuer le besoin de solutions alternatives aux transports en commun. On ne peut plus penser l’espace public et les interactions comme avant. C’est l’occasion de promouvoir un nouveau partage multimodal des transports et les modes actifs de déplacement.
La Smart City doit nous permettre de nous servir de la technologie à bon escient pour mieux comprendre les flux de déplacement et lisser de fait l’offre de transport. L’implantation généralisée du télétravail sera aussi une clé de ce combat.

- Heloïse Poëy-Noguez, Fondatrice (Soli-Mobi)

La MaaS, c’est le fait de pouvoir offrir dans une même application une multitude de transports qui répondent le plus pertinemment possible aux besoins de l’utilisateur. […] Elle doit évoluer dans un écosystème ouvert, pour favoriser l’innovation et la concurrence, et assurer une réelle gouvernance aux autorités.
Il existe aujourd’hui 2 dangers principaux à l’instauration d’un système de MaaS efficace. Le premier est que la MaaS ne soit pas au service du transport de masse. Le second est que pour que le MaaS soit efficace, il faut que les acteurs du transport survivent au COVID ! […] Il est également important de ne pas avoir une vision trop parisienne du sujet, en promouvant par exemple des micromobilités peu adaptées à la province.

- Jean De Thé, Group Public Affairs Director (Europcar)

Les acteurs de la mobilité sont généralement des industriels. Ils vont chercher à créer des services qui vont s’intégrer dans l’espace public. Ils doivent être en avance sur les enjeux que pose la mobilité. Cela demande une certaine flexibilité et une adaptation de l’offre à mesure que l’usage évolue.
Le développement de notre véhicule a duré 2 ans. Celui-ci s’inspire directement des black cab anglais et a été conçu pour convenir au plus grand nombre. […] En plus des solutions pour les personnes à mobilité réduite, nous avons également standardisé la cloison de séparation entre le chauffeur et l’utilisateur. Le but est de créer un espace privatif ou le client va par exemple pouvoir travailler.

- Veruschka Becquart, Directrice (Caocao)

La crise du COVID a eu un rôle double vis-à-vis des transports en commun. Elle a permis de confirmer l’utilité de ce type de mobilité en permettant à certaines communautés de continuer à exister à minima. Elle a également accentué les faiblesses de ces derniers et les a fait émerger aux yeux de tous.
Le digital a jusqu’à maintenant peu été évoqué comme solution de transparence pour l’utilisateur. […] Nous développons aujourd’hui des systèmes destinés à dynamiser les lignes fixes. Pour cela, nous permettons à l’utilisateur de réserver à distance sa place dans le bus et d’indiquer son trajet. Cela permettra aux conducteurs de se concentrer sur la conduite, mais aussi aux opérateurs d’adapter leurs offres en fonction de la demande.

- Bertrand Parizot, Directeur France (Via)

La crise actuelle se caractérise par sa violence et sa durée. Dans une étude, Citymapper estime que dans les grandes villes, la mobilité est aujourd’hui 20 fois moins importante qu’en temps normal et que 50% des véhicules sont à l’arrêt depuis 2 mois. […] L’Asie est en avance et nous permet d’anticiper en partie la reprise. L’hypothèse la plus probable est le retour en force de la voiture individuel.
La clé pour l’utilisation des mobilités douces repose dans la présence d’infrastructures adaptées. Et c’est pourquoi les pays nordiques sont en avance sur le sujet depuis les années 70. […] La dynamique va exploser. La balle est dans le camp des autorités. À eux de décider si nous prendrons 20 ans d’avances ou 20 ans de retard.

- Clément Guillemot, MaaS & Microbility Projects Leader (ViaID)

La digitalisation du transport en commun n’est pas un sujet évident. Au sein de Transdev, notre PDG a fait le choix d’entamer la digitalisation de toutes les opérations. Notre but : passe du rôle d’opérateur à celui d’intégrateur de mobilité.
Dans le cadre du MaaS, une expérience client efficace repose sur 3 piliers. La multi et l’intermodalité, avec des modes de transport complémentaires et une application intuitive. L’usage de la donnée personnel et sa circulation, de manière à ce que les opérateurs puissent répondre à la demande. Et enfin un système de récompense et de contrainte pour pousser l’utilisation des mobilités.

- Aurélien Cottet, MaaS Projects Leader (Transdev)


Mobilité post-COVID : la vision de Blue Solutions

Spécialiste des questions liées à l’assemblage d’autobus et au stockage de l’énergie, le Groupe Bolloré et sa filiale Blue Solutions font office de référence dans le monde du transport. Présente lors de notre webinar, Marie Bolloré, directrice générale de Blue Solutions, a répondu aux questions de Vincent Ducrey, CEO du HUB Institute, sur l’aspect que prendra la mobilité après le COVID-19.

La réelle crainte des salariés n’est pas tant de repartir au travail que de prendre les transports en commun. Et c’est un sujet sur lequel les entreprises vont avoir du mal à agir. Une solution pourra être dans un premier temps de mettre en place des transports alternatifs pour rassurer le salarié.
L’une des réelles problématiques du post confinement va être l’inégalité face au transport. Les habitants des grandes villes seront forcément avantagés face à ceux habitant plus loin. Les villes doivent mettre en place de réels politiques sur le sujet, notamment en encourageant et en offrant l’accès à des mobilités douces.
Le retour à la normale doit se caractériser par une offre diversifiée avec des mobilités qui répondent aux situations que vit l’utilisateur. Elles doivent, grâce aux datas conjointes des utilisateurs et opérateurs, permettre d’avoir le bon outil au bon moment.
Si les solutions de mobilité sont aujourd’hui peu couteuses pour l’utilisateur, c’est en grande partie dû au fait que la concurrence est vaste. Mais à la sortie de la crise, quels opérateurs vont survivre à leurs pertes financières ? Les autorités ont un réel rôle de soutien à jouer auprès des opérateurs.

- Marie Bolloré, Directrice Générale (Blue Solutions)

HUBCITIES SUMMIT

Profile picture for user mtricoire
Maxime
Tricoire
Content Producer

Diplômé du MBA Digital Marketing & Business de l’EFAP, Maxime s’appuie sur sa culture du monde digital pour dénicher les dernières tendances et insights. Fort de plusieurs expériences du côté de l’annonceur, il met sa plume au service de nos partenaires pour les aider à élaborer des contenus à fortes valeurs ajoutées. Ses buts : découvrir, informer et éduquer.