Image
Clean Beauty : 8 idées pour un retail plus durable

Clean Beauty : 8 idées pour un retail plus durable

Par : Sandrine Cochard
28 mai 2020
Temps de lecture : 5 min
Chapo

Packaging en carton, transport vertueux, respect de la biodiversité et nouveaux composants… Le secteur de la beauté et des cosmétiques accélère sa transition durable, et cela concerne désormais aussi bien les grands groupes que les DNVB.

Body

“Le coronavirus a changé les mentalités, je ne crois pas que l’on revienne au business as usual”. Interrogée récemment sur les enjeux post-Covid, Sylvie Chantecaille, fondatrice de la marque éponyme, a confirmé le besoin des marques beauté d’accélérer leur transition durable. Ainsi, Chantecaille travaille actuellement sur un prototype de packaging en carton pour remplacer le plastique. La marque s’inscrit dans une tendance lourde de mise au vert de l’industrie cosmétique, bien décidée à faire sienne la maxime : “reduce, reuse, recycle.” Et elle n’est pas la seule. Voici 10 initiatives de clean beauty, pour un retail plus durable.

Réduire ses déchets

Des tubes en carton chez La Roche-Posay

La Roche-Posay a lancé en mai ses premiers tubes à base de carton avec sa crème solaire Anthelios. Développée en partenariat avec Albéa, cette première mondiale lui permet de réduire de 45% le plastique contenu dans l’emballage. Cette innovation s’inscrit dans le plan d’action de La Roche-Posay pour réduire significativement l’usage du plastique dans ses produits, avec un objectif de 70 % de plastique recyclé à l’horizon 2025.

Plus largement, développer des packagings responsables et respectueux de l’environnement fait partie des enjeux que s’est fixé le groupe L’Oréal (qui a racheté La Roche-Posay en 2018) avec SPICE (The Sustainable Packaging Initiative for CosmEtics), un projet collectif sur la durabilité des emballages auquel ont adhéré la plupart des acteurs de la branche cosmétique (de Chanel à Estée Lauder). 

A LIRE AUSSI : NRF 2020 : 7 tendances retail vues à New York

Exit les emballages chez Typology

Certifiée B Corp, Typology est une entreprise à mission qui mise notamment sur une politique de packaging résolument écologique. À chaque étape de conception, la marque privilégie les matériaux recyclables pour ses contenants et a fait une croix sur les emballages superflus : les produits sont envoyés “nus”, à même le colis.

Du vrac chez The Naked Shop et Zen Garden

De jolis contenants et une politique zéro déchet… Niché au coeur d’Oberkampf, The Naked Shop est une boutique de 35m2 qui ne désemplit pas. Sur place, les gens se servent en self-service aux distributeurs de produits cosmétiques, proposés en vrac sous forme solide ou liquide. Les dentifrices sont dans des boîtes rechargeables et les baumes à lèvres dans des étuis en carton compostables qui se dissolvent dans l’eau. La boutique propose également un système de consigne. Depuis peu, The Naked Shop développe une offre de click and collect et de livraison. Même logique pour Zen Garden, engagé également dans une politique de vrac pour favoriser le zéro déchet.

>> Découvrir l'écosystème Sustainable du HUB Institute

Réutiliser ses produits

La consigne chez CoZie

CoZie vend l’ensemble de sa gamme dans des flacons consignés et réutilisables. Pour cela, la marque a breveté une doseuse qui permet aux clients de remplir eux-mêmes leurs flacons de dentifrice ou de crème de jour en point de vente. Et selon Louise Salvati, une des trois fondatrices et auteur du livre Le Cahier zéro déchet pour les nuls (éd. First), “les magasins qui ont adopté notre “DoZeuse” (35 points de vente en France), ont vu leurs ventes augmenter, et être multipliées par huit pour certains.»

Des bouteilles de parfum et des brosses à dents rechargeables

Traditionnellement, les emballages de parfums finissent à la poubelle : les pompes ne pouvant pas être séparées des bouteilles, les différents éléments ne peuvent être recyclés. Pour changer cela, le géant de l’emballage Aptar a conçu une nouvelle vis Essencia qui rend la pompe séparable, ouvrant ainsi la voie aux bouteilles de parfums rechargeables et recyclables

Autre signe que le rechargeable s’ancre dans les usages : l’essor des brosses à dents anti-gaspi de Lamazuna ou Caliquo, où seule la tête de la brosse à dent est à changer une fois usée, le manche pouvant servir encore longtemps.

A LIRE AUSSI : DNVB : quand les startups rebattent les cartes

Limiter son impact

Des transporteurs vertueux chez Yves Rocher

Mi-mai, Yves Rocher a annoncé qu’il ne ferait désormais appel qu'à des transporteurs "vertueux". Concrètement, le groupe, qui possède les marques Yves Rocher et Petit Bateau, réalisera désormais ses appels d’offre auprès de sous-traitants engagés dans le dispositif Objectif CO2, l’équivalent de FRET21 pour les transporteurs. "Le transport n’avait jusqu’à présent pas bénéficié des mêmes attentions que les produits de la marque. Mais ce n’est désormais plus le cas. Nos équipes doivent désormais elles aussi s’investir dans cette démarche et rendre compte de l’avancée de ses projets tous les mois auprès de la direction RSE", justifie Sébastien Bellone, Directeur Transport et Logistique du groupe qui s’est récemment inscrit comme "société à mission" dans le cadre de la loi Pacte 2019.

Responsabiliser toute sa supply chain… Une initiative qui rappelle celle d’Aldi. En février, le CEO d’Aldi, Giles Hurley, a averti ses fournisseurs qu’ils devraient proposer des produits aux packagings 100% recyclables d’ici à 2025. Une nouvelle règle “non négociable” qui serait déterminante pour les futures décisions d’achats de l’enseigne.

Des composés naturels et durables

Nouryon lance SolAmaze Natural, un polymère naturel et non toxique pour l’écosystème marin, pour des formules solaires durables. Ce polymère d’origine végétale est biodégradable, compatible avec d’autres ingrédients utilisés dans les formulations d’écrans solaires, et peut également être utilisée dans différents types de produits, comme le maquillage durable et waterproof, les lotions pour le visage et le corps et les hydratants.

La R&D cosmétique s’intéresse de près aux composés naturels et durables, et la blue biotech pourrait justement aider à extraire des ressources marines sans altérer la faune et la flore océanique.

Un Green Score chez Clarins

Entreprise familiale française présente dans 150 pays, Clarins oeuvre aujourd’hui à revoir chacune de ses formules grâce à un outil interne appelé Green Score. Avec quelques règles : ne pas sélectionner d’espèces végétales menacées et monter si besoin ses propres cultures, comme c'est le cas dans les Alpes. En 2018, la marque a dévoilé son plan pour une beauté responsable. En 2025, 100% des compositions des produits Clarins devront être biodégradables et tous les actifs bios et équitables.

Photo by Lua Coralina on Unsplash

Nouveau call-to-action

Profile picture for user Scochard
Sandrine
Cochard
Head of Content

Journaliste depuis plus de 15 ans, Sandrine a travaillé pour BFMTV, Europe 1 et 20 Minutes, où elle a suivi de près la révolution numérique, ses enjeux et ses impacts business, consommateurs et citoyens. Aujourd’hui, elle scrute plus particulièrement les sujets de smart cities, d’industrie 4.0, de gouvernance numérique et de cybersécurité.