Image
article replay-supplychain-data

Optimiser la data grâce à la supply chain : entre résilience et agilité

Par : Jérémie Jakubowicz
29 septembre 2021
Temps de lecture : 7 min
Chapo

Pandémie oblige, de nombreux secteurs ont dû s’adapter, révélant une maturité digitale plus ou moins avancée. C’est le cas, par exemple, de la grande distribution qui a accéléré sa transformation digitale, repensant sa supply chain en y intégrant davantage la data et les nouvelles technologies. À l’occasion d’un HUBTALK dédié à la supply chain, le HUB Institute recevait des acteurs du retail qui partageaient leurs retours d’expérience tout en se projetant sur les nouveaux enjeux.

Voir le replay

Body

Retrouvez dès à présent le replay de la première partie du HUBTALK Digital Experience consacré aux stratégies e-commerces des entreprises FMCG


Visuel speaker HUBTALK Digital Experience Supply chain.

Agilité et résilience, les must have d'une supply chain

En préambule Perle Bagot, Directrice Associée au HUB Institute, revient sur l'un des événements majeurs ayant impacté les supply chains : le blocage du Canal de Suez, lieu de transit pour près de 12% du commerce mondial (400 cargos par heure). Perle Bagot poursuit son introduction en donnant quelques chiffres importants concernant les lacunes des supply chain durant la pandémie.  

  • 73% des dirigeants ont rencontré des difficultés dans leur bases de fournisseurs
  • 75% ont rencontré des problèmes d'approvisionnements 
  • 52% ont réussi à gérer leurs approvisionnements grâce à l’agilité de leurs équipes

Perle Bagot détaille les différents points d’anticipation des supply chain :

  • se préparer au difficultés éventuelles de la reprise  
  • intégrer les scénarios de crise afin de mieux les anticiper  
  • repenser le schéma de la supply chain en ayant recours à des relocalisations  
  • rendre la supply chain plus agile   
  • il est important de ne pas être dépendant de ses fournisseurs  

L’IA peut également être utile pour optimiser la supply chain, c’est ce qu’à révélé le sondage de DIAGMA en 2020 auprès des décideurs et des dirigeants d’entreprise. 70% des personnes interrogées pensent que les nouvelles technologies peuvent contribuer à accélérer l’agilité de la supply chain

Pour conclure, Perle Bagot présente plusieurs exemples d’entreprises qui ont adapté leur supply chain ces derniers mois mais également des startup qui sont à l’origine des dark stores. Voici 4 exemples évoqués :  

  1. Saint Gobain a sollicité EKIMETRICS pour mieux optimiser la prédiction de ses commandes grâce à sa solution Demand Forcasting By All. Cela a eu pour effet d’augmenter de 60% sur la prédiction à 3 semaines.
  2. Système U s’est appuyé sur Dataiku pour améliorer la gestion des stocks grâce au Forecasting des ventes en s’appuyant sur les catalogues mais aussi sur la position géographique des magasins
  3. Tesco construit des Dark Store robotisés depuis 2019
  4. CDiscount a lancé 3 dispositifs automatisés dans ses entrepôts faisant appels à l'UX et à la RSE.  

À lire sur le même sujet : "Dark Stores : et si le futur du retail était déjà là ?"

Qlik : comment répondre aux nouveaux usages du pilotage de la supply chain ?

Les besoins des entreprises que l’on voyait avant la pandémie se sont exacerbés l’année dernière avec la crise du COVID-19. En ce qui concerne la supply chain, les entreprises ont de multiples besoins comme le fait de croiser les données, que ce soit pour les transactions, des données RH ou des informations concernant les ventes afin de mieux les intégrer dans les processus d’achat ou de production.

- Reynald Flèche Principal Solution Architect (Qlik)

Raynald Fleche Principal Solution Architect (Qlik) présente l’entreprise Qlik, leader de la data qui s’est spécialisé dans le traitement de la donnée, de son traitement à la restitution via une plateforme de visualisation. Elle compte 50 000 clients dans le monde, dont de grands noms du retail (Carrefour, The Kooples…). Pour l’expert, il est indispensable d’avoir une vision transverse de l’activité, car c’est un prérequis pour assurer un service irréprochable. Pendant la pandémie, les entreprises ont dû s’adapter très rapidement et ont dû repenser leurs alertes pour mieux anticiper. 

À lire également : "Radiall x Qlik : mettre la culture des données au coeur de l’organisation"

Pour Raynald Flèche, le développement des activités e-commerce ajoute une certaine complexité dans le pilotage de la supply chain. Et pour cause : la multiplicité des données rend complexe leur intégration. Pour l’expert, il est donc indispensable de recourir à un outil transverse afin de faciliter l’intégration et l’utilisation de ces dernières. Une nécessité d’autant plus importante car “il faut intégrer la notion de retour ce qui impact toute la chaîne de distribution” complète t-il. Aujourd’hui Qlik travaille sur 3 axes :

  • Accélérer la chaîne d’approvisionnement de la donnée dans le but de fournir en temps réel des données prêtes pour l’analyse (une “supply chain de la data” selon Raynald Flèche)
  • Donner aux utilisateurs la possibilité de réagir en temps réel par le biais d’alertes sur n’importe quel périphérique ainsi que par le biais de la plateforme développée par Qlik.
  • Maintenir des processus analytiques afin d’automatiser au maximum les réactions face à un problème, et donc de mieux les anticiper.

SAS : comment estimer les taux de report entre canaux et SKUs avec l’Analytique.

En introduction Reynald Breedveld, Senior Retail & CPG Director chez SAS France dispense quelques éléments de contexte concernant la montée en puissance de l’e-commerce :

  • Entre 2020 et 2021 il y a eu une augmentation de 15% selon la Fevad.  
  • les ventes internet des commerces physiques ont augmenté 3 fois plus vite que les ventes des pure-players cela représente entre 5 et 15% de leurs vente et ⅔ de la croissance
  • Selon le secteur et l’organisation du canal d’e-commerce, il existe des variations au niveau des capacités de stockage. C’est le cas par exemple dans le cadre du click & collect, avec un entrepôt dédié on a une capacité de stockage supérieure aux capacités d’un magasin. 

Reynald Breedveld ajoute que ces disparités de stockages induisent des questionnements, notamment sur la meilleure combinaison entre online et offline dans le but de  répondre au mieux aux besoins des consommateurs afin d'optimiser les ventes. Pour répondre à cette problématique, SAS a développé une matrice qui segmente les produits en fonction de différents critères (substituabilité, géographie du point de vente, catégories sociodémographiques…) 

L’approche de SAS permet d’obtenir certains bénéfices :

  • Une plus grande maîtrise au niveau des stocks.
  • Un alignement des assortiments sur la demande online et offline.
  • Moins de rupture de stock, ce qui se traduit par une amélioration de l’expérience client ainsi qu’une augmentation des ventes.

L'événement à suivre : "HUBDAY Future of Retail & E-Commerce"

Celonis : Comment remettre la data au cœur de vos activités e-commerce ?

Nous vivons dans un monde très connecté, avec une donnée dont l’usage reste encore mal optimisée. Nous avons connu avec la pandémie, un monde hybride en virtuel. Je  pense que c’est avec la digitalisation rapides que les entreprises découvrent de nouveaux potentiels.

 - Guillaume Aurine Head of Solution Engineering France, Middle East & Africa (Celonis)

Celonis centralise les données à un seul et même endroit en permettant aux entreprises d’avoir une idée plus précise de leur défaillance dans leurs processus de traitement. grâce au jumeau numérique  qui reproduit les différentes étapes de la supply chain, Célonis donne la possibilité aux entreprises de se situer en fonction de leur secteur. Grâce à la technologie de l’entreprise, l’Oréal a par exemple connu une croissance de 800% pendant la crise du covid grâce à l’automatisation.

Comment la data permet d'accéder à l'excellence opérationnelle dans la supply chain au service de la promesse client ? 

La Redoute est une entreprise française ayant près de 180 ans. Elle réalise aujourd’hui 1 milliards d'euros de chiffres d'affaires (70% est fait en en marque propre et 30% du chiffre d'affaires est fait à l’international ) et compte 2000 collaborateurs.

À voir : "La Redoute : comment transformer sa Supply Chain en une source de compétitivité ?"

Patrice Fiztner, directeur logistique de La redoute présente quelques chiffres clés sur l’entreprise : 

  • 10 millions de clients dans le monde
  • 12 millions de visiteurs uniques chaque jours 
  • 13 millions colis expédiés et 30 millions de références traités.
  • Grâce à leur partenariat avec le groupe Galeries Lafayettes, la marque La Redoute est présente dans 50 magasins Galeries Lafayettes en tant que corner.

 Chez La Redoute, la supply chain se structure autour de 4 étapes majeures : la réception de la commande dans les entrepôts, la préparation de la commande, le délai de préparation et le processus de livraison. Une mauvaise gestion de l’une de ces étapes peut dégrader la promesse faite au client. Pour Patrice Fitzner il est donc indispensable d’utiliser la data pour optimiser la supply chain en amont, et ainsi améliorer la satisfaction client.

Sur le sujet de la data, nous constatons qu’en terme de flux si nous avons un taux de fiabilité de 99,9%, au bout du bout nous nous retrouvons avec un taux de promesse extrêmement faible. Sur chacune des étapes avoir des résultats à hauteur de 99,9% n’est pas suffisant car nous arrivons dans un monde où nos clients sont de plus en plus exigeants et il faut donc suivre nos clients individuellement

Patrice Fitzner, directeur logistique (La Redoute)

Pour tenir la promesse faite au client, l'e-commerçant investit massivement dans la data et met en place différentes solutions afin d’être en mesure de tracer les différentes lignes de commande individuellement. 


Inscrivez-vous au HUBFORUM 2021, le 12 et 12 octobre prochain !

Nouveau call-to-action

Envie de nous partager vos insights ?
Profile picture for user jjakubowicz
Jérémie
Jakubowicz
Content Producer

Titulaire d’une licence en audiovisuel et d’un Master en stratégie digitale, Jérémie se passionne pour les sujets digitaux. Son expérience dans la gestion de projet et son aisance rédactionnelle lui permettent de détecter et décrypter les grandes tendances de la Next Economy.