Image
banque-assurance-blockchain-tunnel-administratif

Blockchain : banques et assurances se libèrent des tunnels administratifs

Par : Thibault Deschamps
21 septembre 2018
Temps de lecture : 5 min
Chapo

Présentée comme « le modèle le plus fiable et sécurisé de stockage et d’échange d’information » par ses partisans, la blockchain attise l’intérêt du secteur banque-assurance. L'exploitation de certaines de ses fonctionnalités comme les "smart-contracts" pourraient réduire drastiquement les processus administratifs et améliorer l'expérience client. Pourtant d'autres idées comme les cryptomonnaies inquiètent de par leur potentiel disruptif et "uberisant" dans un milieu bancaire traditionnellement centralisé. Alors au final la blockchain bonne ou fausse bonne idée ?

Body

Banques et assurances : moteurs de la recherche sur la blockchain

Traditionnellement technophile, le secteur banque-assurance a depuis plusieurs années déjà anticipé l'émergence de la blockchain pour rester compétitif. Principal élément dans le viseur, la possibilité de développer des "smart contracts" (ou contrats intelligents) qui peuvent considérablement accélérer leurs procédures et réduire les coûts opérationnels (divisés par 2 à 4 selon forbes).

La Caisse des dépôts pilote ainsi depuis décembre 2015 l’initiative "LaBChain" (pilotée par Philippe Dewost, chargé du numérique) présentée comme un « laboratoire d’innovation dédié aux architectures de consensus décentralisé (comprenez blockchain) ».

LaBChain se donne pour mission d’accompagner la réflexion de tous ses membres (parmi lesquelles AXA, CNP Assurances, BNP Paribas, le Crédit Agricole, ou encore des acteurs de la blockchain comme Cellabz et Paymium) dans la détermination de cas d’usage concrets et l’application de solutions innovantes reposant sur la blockchain.

A titre d’exemple, la Banque de France expérimente la blockchain pour optimiser et décupler la vitesse de mise à jour de son registre d’identifiants créanciers.

De leur côté, le Crédit Agricole, CNP Assurances et Natixis Asset management Finance se sont associés pour créer une chambre de compensation visant à réduire les coûts de gestion des garanties financières remises lors d’opérations de prêts-emprunts.

Encore plus fort dans l'assurance

Les assureurs semblent d’ailleurs plus largement apprécier le potentiel de la blockchain et vont même jusqu’à le qualifier « d’infini » puisque les contrats intelligents sont théoriquement applicables à toutes les assurances existantes : dégâts des eaux chez le particulier (via le contrôle par objets connectés) aux assurances décès, passant par les assurances sécheresse dédiées aux agriculteurs (grâce au contrôle automatisé des données météo)…

Axa expérimente une solution de contrat intelligent pour indemniser les retards d’avion. Ce dernier réduit de 95% la phase déclarative, rendant l’expérience client bien plus rapide et fluide. L’ensemble de la procédure est automatisé et sécurisé dans la blockchain dont le protocole effectue les vérifications des demandes automatiquement (notamment en se reposant sur les données de "l’oracle" qui recense l’ensemble des horaires de vols en aéroport).

Au final l’objectif est d’aboutir à une relation 100% digitale, rapide et sûre entre les demandeurs et les organismes de contrôle.

Cryptomonnaies must be funny ?

Il y en a déjà près de 2000 dans le monde, les cryptomonnaies (telles que le bitcoin, l’ethereum, le Ripple, le Dash) ont démontré la capacité de la blockchain à digitaliser intégralement des cours financiers.

Leur véritable proposition reste cependant de permettre à tous les acteurs d'échanger des fonds à des vitesses jusqu'alors inégalées et de manière ultra-sécurisée. En effet, grâce à la blockchain, la théorie voudrait que ces cryptomonnaies puissent être utilisées partout dans le monde sans variation de cours ni-même d'intermédiaires ou de contrôles particuliers (mettant en péril le modèle traditionnel et centralisé des organismes bancaires actuels).

De quoi promettre aux entreprises mais aussi aux particuliers de considérables gains de temps et de productivité dans leurs échanges financiers.

L’adoption économique concrète ralentie par la spéculation généralisée

cryptomonnaie-bitcoin-speculationDans une étude, le think tank Bruegel estime que les cryptomonnaies « se rapprochent plus des actifs spéculatifs que d’une monnaie, conséquence de l’inélasticité de leur offre ». En effet, l’explosion de la bulle du bitcoin (dont la valeur a enflé jusqu’à 20 000 dollars en décembre 2017 pour s’effondrer à près de 7000 dollars aujourd’hui) a démontré la volatilité des cours de nombreuses cryptomonnaies, induite par une spéculation généralisée.

Si les marques ont la possibilité d’autoriser les paiements via ces monnaies, peu prennent le risque d’engager des frais pour une fonctionnalité qui satisferait une part infime des consommateurs (encore peu instruits à ce sujet) et surtout risquée, du fait de la volatilité des cours superposés aux délais de change imposés par la blockchain. L’application aux échanges commerciaux reste donc très difficile.

Même Microsoft, l’un des leaders technologiques en la matière qui autorise le paiement via bitcoin depuis 2014, a dû procéder à des réglages réguliers. En France, l’un des principaux exemples reste ShowroomPrivé.com qui a autorisé les transactions en bitcoin dès 2014 pour finalement faire marche arrière au moment du crash de décembre 2017.

Les cryptomonnaies sont donc encore loin de menacer les banques traditionnelles comme certains l’avaient prophétisé. Reste que Philippe Herlin, économiste, rappelle qu’elles restent très « uberisables en tant que grosses structures, très hiérarchisées et centralisées ». Le potentiel de simplification des échanges entre partis proposé par la blockchain pourrait à termes fortement réduire le rôle d’intermédiaire des banques dans les échanges financiers et faire économiser jusqu’à 420 euros par an de frais divers à leurs clients (d’après Capgemini).

D'autres cas d'application de la cryptomonnaie apparaissent. Dans le secteur du tourisme, le principe pourrait être revu pour rajeunir les programmes de fidélité et transformer le traditionnel "point fidélité". Ce dernier devenant alors une devise créditée et dépensée directement au gré des interactions du consommateur avec la marque, et exploitable dans un périmètre fermé la rendant imperméable aux spéculations. Nous reviendrons sur ce sujet dans un document dédié aux potentiels de la blockchain pour l’industrie du tourisme.

Profile picture for user thibaultDeschamps
Thibault
Deschamps

La mission de Thibault en tant que Content Manager est de concevoir un storytelling performant associant la richesse des contenus de nos partenaires (IBM, Microsoft, Linkfluence, …) et les performances de nos formats éditoriaux (interviews, articles de fond, case study, condensés d’étude...) afin de leur garantir le meilleur rayonnement . 

Titulaire d’un master de journalisme et d’un DUT Services et Réseaux de Communication, Thibault s'appuie également sur sa culture de l’IT et du marketing,

La mission de Thibault en tant que Content Manager est de concevoir un storytelling performant associant la richesse des contenus de nos partenaires (IBM, Microsoft, Linkfluence, …) et les performances de nos formats éditoriaux (interviews, articles de fond, case study, condensés d’étude...) afin de leur garantir le meilleur rayonnement . 

Titulaire d’un master de journalisme et d’un DUT Services et Réseaux de Communication, Thibault s'appuie également sur sa culture de l’IT et du marketing, acquise au sein de rédactions spécialisées comme Stratégies.fr, Forbes.com, LaRéclame.fr ou encore ITespresso.fr et Silicon.fr.

Lire la suite